Possession / ©Mariana Matamoros

La première soirée club française ouverte au public aura lieu ce soir

Depuis le 4 juin dernier, Unit­ed We Stream dif­fuse une série de livestreams depuis les clubs français vides. Ce soir, au Kilo­watt de Vitry-sur-Seine, le live se fera devant 200 per­son­nes, ce qui en fait, selon l’or­gan­i­sa­tion, la pre­mière soirée club publique française depuis le con­fine­ment le 17 mars 2020.

Unit­ed We Stream est un pro­jet né en Alle­magne dans le but de venir en aide aux clubs berli­nois. Depuis le début du mois, l’ini­tia­tive a tra­ver­sé la fron­tière pour arriv­er en France. Pilotées par Technopol et en parte­nar­i­at avec Arte Con­cert, qua­tre soirées Unit­ed We Stream ont déjà eu lieu en France. Toutes à par­tir de clubs parisiens, qui ont vu pass­er entre autres Mari­na Trench, Boom­bass, Louise Chen ou Chee­tah.

Pour la cinquième soirée Unit­ed We Stream en France, l’as­so­ci­a­tion Technopol a vu les choses en grand. Si ces lives, en direct des clubs, se fai­saient pour le moment sans pub­lic, afin de respecter les mesures san­i­taires, une soirée excep­tion­nelle va avoir lieu au Kilo­watt, à Vitry-sur-Seine, le 11 juin, de 19h à minu­it. 200 per­son­nes pour­ront se join­dre à la pro­gram­ma­tion com­posée de Manu Le Malin, Clara 3000, Paul Seul, Eas­t­el et Bal­a­gan, dont 100 places ont été ven­dues au pub­lic (sold-out). Les béné­fices seront rever­sés au Sec­ours Pop­u­laire de Vitry-sur-Seine.

 

À lire également
Depuis les clubs de France vides, des DJs vont créer un dancefloor virtuel géant

 

Pour assur­er la sécu­rité d’un tel événe­ment, plusieurs règles, en plus des mesures san­i­taires, seront trans­mis­es au pub­lic. Tout d’abord, une sig­nalé­tique sera en place pour informer sur les règles de sécu­rité, et un brief sera délivré à l’en­trée pour le pub­lic. La ter­rasse extérieure du Kilo­watt, qui servi­ra de dance­floor, a été amé­nagée de manière à pou­voir laiss­er la pos­si­bil­ité au pub­lic de s’asseoir ou danser tout en gar­dant une dis­tance d’un mètre. Selon l’or­gan­i­sa­tion, “cette ter­rasse respecte les règles instau­rées par la mairie”.

Pour tous ceux qui ne pour­raient y assis­ter, cette soirée sera dif­fusée en direct et en inté­gral­ité sur la page Face­book de Tsu­gi, parte­naire de l’événe­ment.

Toute­fois, cette ini­tia­tive ressem­ble plus à une étape oblig­a­toire pour un retour pro­gres­sif des fêtes qu’au nou­veau vis­age de la teuf publique. Avant le lance­ment en France, le prési­dent de Technopol Tom­my Vaude­crane expli­quait dans un com­mu­niqué : “Unit­ed We Stream a pour but de ten­ter de faire repren­dre vie à ces lieux et à ces acteurs tout en générant des pistes de finance­ment nou­velles pour ces derniers. Mais en aucun cas ce genre d’initiative ne sera amenée à per­dur­er ou à se pro­fil­er comme solu­tion pérenne de rem­place­ment à l’activité des clubs et des artistes”. Tan­dis qu’on peut lire sur le site du Kilo­watt : “Ce ne sera, SURTOUT PAS, nous l’e­spérons, un exem­ple de ce que seront nos lieux de con­certs et de fêtes par la suite… Mais, si l’e­space d’un week-end, nous pou­vons per­me­t­tre aux artistes et au pub­lic de se retrou­ver, ce ne sera déjà pas si mal”.

Un pre­mier signe encour­ageant d’une reprise de la vie noc­turne française.

(Vis­ité 1 563 fois)