Crédit : David Boschet/Souenellen

La Spring d’Astropolis : ce mercredi, dansez toute la nuit dans un château breton

Ceux qui savent, savent : chaque année, Astrop­o­lis fête le print­emps en retrou­vant le château de Keri­o­let, son ter­rain de jeu d’origine — jusqu’à ce que le fes­ti­val bre­ton ne soit obligé de démé­nag­er en 2001, faute de place. Le nou­v­el écrin, le manoir de Ker­oual, est évidem­ment très beau aus­si, mais dif­fi­cile de dire défini­tive­ment adieu à Keri­o­let, ses vieilles pier­res, sa crypte au pla­fond voûté, son châte­lain à l’histoire aus­si fasci­nante que sa demeure, son lever de soleil dans les feuilles du parc. C’est donc en petit comité, entre habitués, qu’Astro renoue avec son pre­mier amour de Con­car­neau. 1500 irré­ductibles qui vien­nent les yeux fer­més, le line-up tech­no et house restant secret jusqu’au dernier moment. Enfin, “yeux fer­més”, façon de par­ler : map­ping suiv­ant les créneaux de la tour, déco et boules à facettes reflé­tant les pro­jecteurs, fenêtres éclairées de l’intérieur… Chaque année, la Spring habille sa bâtisse de mille lumières, la trans­for­mant tour à tour en manoir han­té ou en château de princesse, tan­dis que les gar­gouilles (et un Ange Gabriel tout juste restau­ré, sorte de mas­cotte de la soirée refaisant enfin son appari­tion !) veil­lent au grain de 22 heures à 8 heures du matin.

Lau­rent Gar­nier au petit matin, il y a deux ans. Crédit : David Boschet/Souenellen

Rebe­lote cette année ce mer­cre­di 9 mai, veille de jour férié où Astrop­o­lis, le map­ping de Relief & Daff et la déco du col­lec­tif Les Oeils repren­nent du ser­vice pour une nou­velle Spring. Mais ne cherchez pas sur Dig­i­tick : pour chop­er des places pour cet événe­ment en petit comité, il faut se ren­dre dans quelques lieux sélec­tion­nés par le fes­ti­val, entre le dis­quaire Bad Seeds à Brest, le con­cept store Soul­Barex’ à Rennes ou la bou­tique de mode veg­an parisi­enne Manifeste011 (retrou­vez la liste com­plète des points de vente ici).

Line-up secret, pas de vente en ligne… La Spring ne se dévoile pas facile­ment, et c’est aus­si ça qui fait le charme de cette nuit. Cela dit, le château et sa soirée ne seront pas du tout incon­nus à ceux qui suiv­ent l’actualité de Manu Le Malin. Fidèle à Astrop­o­lis, le DJ et pro­duc­teur hard­core (entre autres) était au cen­tre l’année dernière d’un très beau doc­u­men­taire, Sous le don­jon de Manu Le Malin, où il revient devant les caméras de Sour­dor­eille sur sa car­rière et son rap­port au château de Keri­o­let. Une par­tie des images du docu ont d’ailleurs été tournée pen­dant une édi­tion un poil spé­ciale de la Spring, où jouait Manu Le Malin donc, mais aus­si son acolyte Torgul ou Lau­rent Gar­nier. Si ce n’est pas déjà fait, vous devriez y jeter un oeil :

(Vis­ité 2 530 fois)