Artwork

💿 L’album oublié : Mark Broom — Angie Is A Shoplifter

Bizarrement, les plate­formes ont per­du la trace du pre­mier album de ce pro­lifique vétéran de la tech­no anglaise, Mark Broom.

Chronique issue du Tsu­gi 141 : 18 ans d’Ed Banger, en kiosque et en ligne.

On trou­ve facile­ment quelques-uns des 169 sin­gles qu’il aurait pub­liés depuis 1992 – à en croire Discogs –, mais nulle trace de cet album mag­né­tique. Ang­ie Is A Shoplifter est sor­ti en 1996 sur Pure Plas­tic, le label que Mark Broom a lui-même dirigé jusqu’en 2007 en com­pag­nie de son cama­rade Dave Hill (avec qui il pro­dui­sait sous le nom de Rue East). Se promen­er à tra­vers les quelque 80 références du label revient à feuil­leter le gotha des pio­nniers de l’électronique anglaise: Baby Ford, Sta­sis, Ed Han­d­ley (de Plaid et Black Dog), Ben Sims… Autant de noms peut-être (un peu) oubliés aujourd’hui, mais qui ont tous joué un rôle dans le développe­ment de la tech­no au Royaume-Uni durant les années 1990. Exacte­ment comme Mark Broom. Comme beau­coup de ses com­pa­tri­otes, c’est durant des vacances en Espagne à la fin des années 1980 que Mark Broom a décou­vert les nou­veaux sons acid house. Pas à Ibiza, comme Paul Oak­en­fold, Pete Tong ou Dan­ny Ram­pling, mais (selon la légende) sur l’île de Tener­ife, dans les Canaries.

« Ă€ mi-chemin entre IDM et tech­no de Detroit, som­bre et inquié­tant, “Funked Up” qui ouvre le disque est un clas­sique indĂ©modable. Â»

Est-ce Ă  cause de ce change­ment de lat­i­tude que sa musique est plus mar­quĂ©e par la tech­no de Detroit que par la house de Chica­go? Ang­ie Is A Shoplifter est en tout cas une belle dĂ©mon­stra­tion du genre, avec ses nappes de syn­thé­tiseurs planantes et sa frĂ©nĂ©sie futur­iste. « The Sal­sa », le titre le plus cal­i­brĂ© pour les dance­floors, ressem­ble Ă  une vari­a­tion de « The Bells » de Jeff Mills. Et l’ombre de Der­rick May ne cesse de plan­er sur le disque. Mais c’est aus­si pour ses titres plus adap­tĂ©s Ă  l’écoute domes­tique que l’on peut redé­cou­vrir aujourd’hui cet envoû­tant album aux sons som­bres et sans con­ces­sions. Ă€ mi-chemin entre IDM et tech­no de Detroit, som­bre et inquié­tant, « Funked Up » qui ouvre le disque est un clas­sique indé­mod­able. Et pour info, le titre de l’album, Ang­ie Is A Shoplifter, provient d’un graf­fi­ti dĂ©cou­vert Ă  cĂ´tĂ© de son stu­dio. Mark Broom a tou­jours pré­ten­du qu’il ne savait pas qui Ă©tait l’Angie publique­ment accusĂ©e de vol Ă  l’étalage. Nous non plus.

❏

(Vis­itĂ© 403 fois)