Crédit : Richard Bartz

Le Batofar ferme ses portes… pour devenir un club de salsa ?

Désolé, ce con­tenu n’est pas disponible actuelle­ment” : si vous essayez d’accéder à la page Face­book du Bato­far, c’est ce mes­sage d’erreur qui appa­raî­tra sur votre écran. En jan­vi­er dernier, le bateau du quai François Mau­ri­ac annonçait fer­mer quelques mois pour réno­va­tion, avant d’annuler sa soirée clos­ing. Puis, le temps de l’été, un bar nom­mé Faro Faro investis­sait le pon­ton en faisant régn­er bur­ra­ta et limon­cel­lo. Mais ce week‐end, une bien triste nou­velle a inondé les réseaux soci­aux : le Bato­far a en fait déposé le bilan en jan­vi­er.

Depuis sa créa­tion en 1999, le navire pro­po­sait une pro­gram­ma­tion éclec­tique de con­certs et soirées club entre tech­no, drum’n’bass, rock et même métal — notam­ment foy­er des soirées Nin­ja Tune dans les années 2000. Cette époque est révolue. Selon Jérôme Coumet, maire du XII­Ième arrondisse­ment, le Bato­far a été racheté pour subir un change­ment rad­i­cal, à la fois esthé­tique­ment et musi­cale­ment. Son phare est quant à lui tou­jours con­servé quai François Mau­ri­ac. Rassurons‐nous : “le Bato­far ne va pas dis­paraître”, il revien­dra à l’été 2019 et il gardera sa couleur rouge, comme indiqué sur le site de FAAR, com­pag­nie chargée du pro­jet de réno­va­tion.

A peine par­ti que les rumeurs sur le futur du bateau fusent déjà sur la toile, rejoignant plus ou moins les pro­pos du maire. Damien Beau­thamy, ancien pro­gram­ma­teur et man­ag­er du Bato­far, affirme sur Twit­ter que le lieu garderait le nom de Faro Faro pour devenir… un club de sal­sa.

Est‐ce qu’une coquille vidée puis rem­plie est tou­jours un oeuf ?” se ques­tionne un inter­naute. Et on n’aurait pas trou­vé mieux comme métaphore. Ceux que la sal­sa n’enchante pas plus que ça pour­ront tou­jours aller tanguer à l’IBOAT de Bor­deaux, égale­ment mem­bre d’UBLO. Mer­ci la LGV.

(Vis­ité 1 817 fois)