Le Berghain à Berlin

Le Berghain a été frappé par la foudre… Et tout le monde s’est mis à poil

Dimanche soir était tout sim­ple­ment incroy­able au Berghain. C’est tou­jours génial là-bas, mais ce set est devenu l’un de mes préférés, tous lieux con­fon­dus”, a écrit Dax J hier sur sa page Face­book. On com­prend l’en­t­hou­si­asme général, le Berghain n’ayant pas volé sa répu­ta­tion, mais pourquoi par­ti­c­ulière­ment dimanche ? Eh bien peut-être parce que le club berli­nois s’est fait frap­per par la foudre ce soir-là ! “Peut-être dix min­utes avant mon set, pen­dant que je me pré­parais pour aller jouer, il y a eu un glitch sur la lumière et le son. La coupure était si rapi­de que rien n’a vrai­ment été rebooté, la musique et les lights ont fonc­tion­né nor­male­ment, et puis soudaine­ment les lumières de la salle se sont rallumées”, a racon­té Pär Grind­vik à Pitch­fork. Tout le monde, DJs com­pris, a cru qu’il s’agis­sait d’un nou­v­el effet de lumière… Mais les aveuglantes lights sont restées allumées pen­dant presque tout le set du Sué­dois — qui durait qua­tre heures, tout de même ! “Appa­ramment, la cli­ma­ti­sa­tion s’est égale­ment arrêtée, donc il fai­sait extrême­ment chaud et humide dans le club, ce qui a poussé les gens déjà vêtus légère­ment à se désha­biller tout au long de mon set”, con­tin­ue Grind­vik. “Je n’ai jamais vu autant de filles et de garçons top­less dans un club”, renchérit DJ T., qui mix­ait alors au Panora­ma Bar. “Je n’ou­blierais jamais cette vue depuis l’escalier en fer sur un océan de peaux nues qui ondu­lait et pul­sait. J’au­rais aimé avec une pho­to de ce paysage, mais bon, ce qui se passe au Berghain reste au Berghain et c’est très bien ainsi !”. 

Heureuse­ment, per­son­ne n’a été blessé par la foudre. Ceux qui ont fait la fête dans cette vaste orgie de gens à poil ont même eu beau­coup de chance : ils pour­ront dire “j’y étais !”, tan­dis que Dax J se sou­vien­dra longtemps du morceau qu’il pas­sait à ce moment-là :

(Vis­ité 1 278 fois)