Capture d'écran du documentaire "Ex-Taz Citizen Cash"

Le collectif techno Subtyl inaugure son ciné-club avec des docu sur la culture rave

Le label et col­lec­tif tech­no français Sub­tyl inau­gur­era son ciné-club autour de la cul­ture rave le 14 novem­bre avec la dif­fu­sion d’un pre­mier doc­u­men­taire, Ex-Taz Cit­i­zen Ca$h de Xanaé Bové.

Sub­tyl, le col­lec­tif tech­no devenu label, donne à cha­cun de ses événe­ments une bouf­fée d’air frais à la nuit parisi­enne de par le soin qu’ils attachent à pro­pos­er des lieux, des for­mats et des ambiances inédites. Et de l’attention à repenser et “recen­tr­er la fête autour du pub­lic” en résulte des événe­ments uniques avec, en prime, des scéno­gra­phies et per­for­mances visuelles d’une qual­ité rare.

Tou­jours dans l’idée de remet­tre le social au cœur de leurs événe­ments, le col­lec­tif pro­pose cette fois-ci un ciné-club avec la dif­fu­sion de Ex-Taz Cit­i­zen Ca$h de Xanaé Bové. Ce doc­u­men­taire retrace l’his­toire des pre­mières raves qu’a con­nu la cap­i­tale entre 1987 et 1994, his­toire qui s’en­tre­croise avec celle de Pat Cash, “le Gats­by des années 80″. L’oc­ca­sion de rep­longer dans une époque où « Paris nous apparte­nait, tout était possible… »

C’est à nous d’être nar­ra­teur de notre pro­pre culture.”

La pro­jec­tion sera suiv­ie d’un débat et d’une dis­cus­sion en com­pag­nie de la réal­isatrice. Selon les mem­bres du col­lec­tif que nous avons con­tac­té : “la pandémie représente égale­ment l’occasion par­faite de pro­pos­er de nou­veaux for­mats” et de con­tin­uer à trans­met­tre les valeurs d’une cul­ture dont “ils conçoivent et recon­nais­sent l’héritage aujourd’hui. C’est à nous d’être nar­ra­teur de notre pro­pre cul­ture”.

 

À lire également
Le jour où Pat Cash des fêtes Ex-Taz a changé la vie de Léa Drucker

 

Le lieu est pour le moment tenu secret. Seul indice qu’ils ont bien voulu nous don­ner : “alter­natif”, pour changer…

Pour réserv­er vos places, rendez-vous sur la page de Sub­tyl où les infor­ma­tions seront com­mu­niquées demain. On reste connecté.

(Vis­ité 690 fois)