Le vétéran François Kevorkian lâche d’obscures versions de Mick Jagger ou Jimmy Cliff

François Kevorkian, alias François K, nous grat­i­fie d’une nou­velle playlist retraçant 40 ans de tra­vail en stu­dio. Au menu : des ver­sions dub de Jim­my Cliff, Mick Jag­ger, Ric Ocasek ou D‑Train, sor­ties aupar­a­vant au compte-gouttes.

Sor­tie sur Sound­Cloud il y a deux jours, cette playlist de François K évoque un cor­pus de recherche de 40 années passées à digguer dans son stu­dio. On y trou­ve une ver­sion de « Lucky In Love » de Mick Jag­ger parue ini­tiale­ment en 1985, « Treat The Youths Right » (1982) d’une des icônes du reg­gae Jim­my Cliff, une reprise de « You’re The One For Me » de D‑Train, un long edit dis­co de « Con­nect Up To Me » de Ric Ocasek ou un remix plus « jazzy » de « Vai Min­ha Tris­teza » de Tom & Joyce. Pour chaque morceaux, Kevorkian y va de ses com­men­taires tou­jours intéres­sants, qui nous font pass­er une instant der­rière la table de mix­age. Dix titres aux accents dub et dis­co qui se lisent comme un voy­age dans le temps.

Biberon­né au jazz et à l’âge d’or du dis­co, François Kevorkian a fait ses armes à New York à la fin des années 80 où il ren­con­tra les plus grands, comme Ron Carter ou Tony Williams. Pour Téléra­ma, il dira : « J’é­tais bat­teur et je voulais aller à New York, je n’au­rais jamais accédé à ce monde en restant en France ». Ce monde, c’est celui du jazz fusion, de la funk, puis de l’élec­tron­ique nais­sante avec Kraftwerk. En suiv­ant la vague, il col­la­bor­era avec Jean-Michel Jarre, Kraftwerk donc, ou Depeche Mode quand il ne mix­ait pas au Club Vinyl de New York, pour finir par présen­ter un CV long comme le bras pour un dig­ger ultra respec­té.

Voici une playlist qui sent bon la nos­tal­gie. Sonnerait-elle comme un bilan pour François K ? Tou­jours est-il que d’autres tracks seront ajoutés au fil du temps, peut-on lire sur la descrip­tion. « Profitez-en », con­clut l’in­téressé.

(Vis­ité 1 499 fois)