Skip to main content
Joseph Capriati en 2015 / © Robin Krahl
11 janvier 2021

Le DJ Joseph Capriati hospitalisé après avoir été poignardé par son père

par Théo Poddevin

Le DJ italien de renommée mondiale Joseph Capriati s’est fait poignarder vendredi soir par son père à la suite d’une dispute familiale qui aurait dégénérée.

Triste nouvelle. Le DJ techno italien Joseph Capriati, boss du label Redimension, a été hospitalisé dans la nuit de vendredi à samedi, à Caserta en Italie, après que son père l’ait poignardé avec un couteau de cuisine. Blessé à l’abdomen et transporté à l’hôpital dans un état jugé initialement « sérieux », son état est aujourd’hui stable et sa vie hors de danger, a communiqué son agence via un post Facebook samedi. Ce qui ressemblait à une simple dispute familiale a apparemment vite dégénéré et son père, Pietro Capriati, 61 ans, a été immédiatement arrêté pour tentative de meurtre.

Carl Cox, Monika Kruse, Enrico Sangiuliano, toute la scène techno s’est émeut de cette triste nouvelle et nombreux sont les artistes de renom ce week-end a avoir partagé leur tristesse et leur soutien au DJ sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs Dave Clarke, ami de longue date du DJ, qui fut le premier à informer que l’état de l’artiste italien était stable. On souhaite à celui qui fut pendant longtemps le détenteur du record du DJ set le plus long du monde (27 heures et 40 minutes) de rapidement se rétablir.

« Je pardonne à mon père pour ce geste fou. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Joseph Capriati (@josephcapriati)

« Je suis vivant, et grâce à Dieu, je peux le dire. Je vous remercie tous du fond du cœur, mes parents, amis, connaissances et les nombreux DJ et promoteurs qui m’ont montré tant d’affection ces jours-ci. Je suis touché. Je n’ai pas encore été en mesure de lire et de répondre aux messages, mais je le ferai dans quelques jours lorsque ma santé s’améliorera. Jusqu’à ce matin, je n’avais même pas la force de parler, mais les médecins disent que le pire est passé maintenant. Je ne demande qu’une chose si c’est possible, un peu de respect pour mon père et ma famille, puisque ni moi ni aucun d’entre vous n’avons le pouvoir et le devoir de juger ce qui s’est passé. Les drames familiaux sont à l’ordre du jour, et surtout l’attention portée à la presse car, comme vous le savez bien, les nouvelles sont souvent confuses et fausses. Je pardonne à mon père pour ce geste fou et je prie tellement pour lui. Maintenant, je pense à la guérison. A bientôt. »

Visited 119 times, 1 visit(s) today