Skip to main content
29 septembre 2017

Le DJ-Kicks très deep de Lone est enfin en écoute !

par Clémence Meunier

Ne vous attendez pas à sauter partout les bras en l’air. Pour réaliser son tout premier CD mixé, le producteur anglais Lone, qui a pourtant sorti récemment un maxi à destination des DJs (et donc bien plus enlevés), s’est tout simplement installé dans son salon avec deux CDJs, et a fait le tour des styles musicaux qui l’ont influencé sur ses dix ans de carrière. Hip-hop aux productions jazzy, électro aux reliefs breakbeat et autres incartades trippantes : c’est Lone qui le dit lui-même, ce DJ-Kicks doit être écouté au casque, pas en club, comme une « émission de radio passant tard le soir ». Avec une sélection toute personnelle : il s’y offre le luxe d’y inclure non pas un mais quatre titres inédits, à commencer par « Brooklyn Banks ». Le morceau abstract hip-hop, porté par quelques hypnotiques notes de piano, nous débarque – comme son nom l’indique – directement à New York, pour enchaîner avec le hip-hop de « Hold The Floor » de feu Camu Tao, collaborateur notamment de El-P de Run The Jewels. Hyper chaleureux, mais toujours pas dancefloor. Alors oui, « U » de Gnork – aka Rob Acid -, arrivant à mi-parcours, peut donner envie de hocher de la tête, tout comme le deep « Placid Angles » de Nostalgic ou l’inédit « Saturday Night » concocté par Lone himself. Mais c’est pour mieux redescendre dans de nouvelles contrées planantes et plus pop, comme en atteste la présence de Boards Of Canada ou de Radiohead à la tracklist.

En une heure de mix volontairement « dissolue » (surtout au début, ce qui peut-être un chouia déroutant, mais promis, ça passe), Matt Cutler de son vrai nom casse un peu la tradition des DJ-Kicks et offre une collection de ses influences mixées plutôt qu’un DJ-set voulu efficace. Il le reconnait lui même, ça « part dans tous les sens ». Mais après 10 ans de carrière, l’Anglais sait très bien rendre le bordel fascinant.

Si vous êtes plutôt Spotify : 

Visited 16 times, 1 visit(s) today