© Hugo Jehanne

Le Festival Beauregard conjugue programmation XXL et scène locale

Nor­mandie, terre de rock. Mal­gré sa pro­gram­ma­tion XXL dans tous les styles, le Fes­ti­val Beau­re­gard, du 6 au 10 juil­let dans le Cal­va­dos n’en oublie pas la scène locale. Et non, il n’y a pas qu’Orelsan.

John est de retour. Per­son­nage fic­tif, âme du fes­ti­val, scène prin­ci­pale face à château de Beau­re­gard, il est celui qui ne laisse rien au hasard pour faire du Fes­ti­val Beau­re­gard l’un des plus accueil­lants de France. Out­re le cadre ou sa fameuse grande roue, John mise surtout sur une pro­gram­ma­tion béton. En français comme à l’international, d’ailleurs. ‑M-, PNL, Lay­low, DJ Snake, mais aus­si Metron­o­my, Muse, Liam Gal­lagher ou même les vétérans Mad­ness, et on en passe : les têtes d’affiche sont nom­breuses. Pour­tant, le fes­ti­val trou­ve égale­ment sa spé­ci­ficité dans son accent mis sur la scène locale.

À lire également
Le festival Beauregard dévoile son line-up : il y en a pour tous les goûts

On pour­rait penser à l’enthousiasmante Fish­bach, née à Dieppe (bien qu’elle ait fait ses débuts à Reims). Ou bien sûr à Orel­san, venu con­firmer sa supré­matie en ses ter­res (Hérouville-St-Clair est lim­itro­phe de Caen). Mais la relève sera égale­ment bien présente. Chaque journée s’ouvrira ain­si par un groupe nor­mand qui vaut le détour. Cela com­mence par Bafang, en ouver­ture du fes­ti­val le 6 juil­let, et son irré­sistible funk rock 70’s aux accents afro et touareg. Le lende­main ver­ra OWN, pro­jet solo d’Arthur Lacroix, délivr­er sa pop envoû­tante croisant gui­tares et synthés.

Change­ment d’ambiance avec la jeune Annabel­la Hawk le 8 juil­let, et sa soul aux scan­sions hip-hop, tou­jours lumineuse. Deux groupes rock se char­gent de fer­mer le bal. Can­ni­bale, d’abord, excel­lente sig­na­ture du label Born Bad Records, et sa cumbia rock psy­ché post-punk, aus­si exci­tante qu’inclassable. Et enfin You Said Strange, quar­tet venu de Giverny, ville de Claude Mon­et. Leur rock entre garage et post-punk n’a pour­tant rien d’impressionniste, et tout d’une musique nerveuse et exal­tante. Autant d’artistes qui n’ont pas à rou­gir du regard de leurs aînés.

Le reste de la pro­gram­ma­tion et toutes les infor­ma­tions sont disponibles sur le site du festival.

(Vis­ité 327 fois)