Skip to main content
10 août 2022

Le label Speedy Wunderground a sorti sa première compilation depuis 2019

par Juliette Soudarin

Trois ans après sa dernière Speedy Wunderground sort une nouvelle compilation, regroupant le meilleur du label de Dan Carey depuis 2019. Du disco froid de Lazarus Kane au post-punk déstructuré de deep tan, en passant par le punk psyché de The Lounge Society.

Voilà presque dix ans – bon anniversaire  ! – que le label du producteur Dan Carey, Speedy Wunderground, fait partie du paysage musical britannique. Il est même devenu un incontournable tant il a participé à l’émergence de groupes da la scène UK post-punk revival comme black midi; Black Country, New Road; Squid, Warmduscher ou encore Tiña. Le concept du label est simple : enregistrer en un jour, mixer le lendemain, sortir le son le plus rapidement afin de ne pas se perdre dans la production et garder l’essence de l’enregistrement. Fin juillet, Speedy Wunderground sortait sa cinquième traditionnelle compilation annuelle. Enfin… annuelle… la dernière datait de décembre 2019. Le covid est passé par là. Ainsi, ce bel album regroupe les artistes avec lesquels le label a travaillé depuis 2019.

La compilation s’ouvre sur le hit cold-disco-rock de feu Lazarus Kane, « Narcisisus ». Sept minutes de basses lourdes, de guitares funky et de synthé psyché, des cris, la voix de Kane façon italo-disco et puis le timbre envoutant de Katy J Pearson en guise de choeur. Pour ce condensé de l’année 2019, on peut dire que le label a choisi comme thème le disco, puisqu’on retrouve également le titre de rock planant de Pynch intitulé « Disco Light » et le premier single du trio PVA, « Divine Intervention ». Cela fait bien depuis Noël 2019 que l’on a en tête ses carillons, ses boucles de claviers et de guitares et puis surtout son refrain : « DIVINE, DIVINE INTERVENTION! »

 

À lire aussi Pourquoi Gwenno a toutes ses chances de gagner le Mercury Prize 2022

 

On passe enfin à 2020 avec « Generation Game » de The Lounge Society, titre rapide mêlant psyché et post-punk. On pogotte en volant, avant de planer le temps d’un break. Et puis l’euphorie repart. Le groupe originaire du Yorkshire sort d’ailleurs le 26 août prochain son premier album, Tired of Liberty, qu’on hâte, hâte (hâte!) de découvrir.

2021 à présent. Et l’année s’entame avec la collaboration entre la chanteuse polonaise Brodka et Scottibrains, le groupe de Dan Carey lui-même. Évidemment, l’ambiance est garage et post-punk. S’ensuit ensuite « Coltan Candy », le single indie coloré de moa moa et « Here Comes Trouble » de Joyeria, dont le morceau est construit autour d’une ligne de guitare rappelant très fortement « Take It Or Leave It » de The Strokes. Enfin la compilation se conclue avec les trois musiciennes du groupe post-punk et déstructuré deep tan, et leur single « tamu’s yiffing refuge ». En bref, il n’y a que du bon pour les personnes en manque de guitares et qui souhaitent découvrir les nouveaux groupes à suivre.

Visited 60 times, 1 visit(s) today