Le patron de la techno d’Hambourg, Oliver Huntemann, vient de sortir son cinquième album

Dans le game depuis plus de vingt ans, Oliv­er Hunte­mann est l’un des artistes les plus recon­nus dans le monde de la tech­no et de l’underground alle­mand. Le DJ et pro­duc­teur a su impos­er sa vision unique au fil des années à tra­vers ses trois labels, Con­fused Record­ings, fondé en 1995, Ide­al Audio en 2008 et Sen­so Sounds en 2014 ain­si qu’à tra­vers ses nom­breux alias et ses prodigieuses col­lab­o­ra­tions, notam­ment avec Stephan Bodzin, Dub­fire ou encore André Win­ter. Après le suc­cès de son dernier album, Para­noia, sor­ti en 2011 sur son label Ide­al Audio, plus par­ti­c­ulière­ment avec son hit “Tran­quil­iz­er”, Oliv­er Hunte­mann s’était fait dis­cret en sor­tant quelques EPs sur ses labels, jamais sous son vrai nom. Le pro­duc­teur alle­mand revient au devant de la scène en cette fin d’année avec son cinquième long-format, Pro­pa­gan­da, sor­ti la semaine dernière sur son label Sen­so Sounds.

Pro­pa­gan­da est un nou­veau chapitre de morceaux élec­tron­iques obscurs, avec l’intention d’emmener l’auditeur à bord d’un voy­age diver­tis­sant entre du down-beat sophis­tiqué et de la tech­no exal­tante”, racon­te l’artiste alle­mand. L’album s’ouvre sur “Tak­tik”, et on recon­naît immé­di­ate­ment la pat­te du pro­duc­teur orig­i­naire d’Hambourg, entre une ligne de basse pro­fonde et per­cu­tante et des nappes de syn­thés hyp­no­tiques, le résul­tat est min­i­mal­iste mais ter­ri­ble­ment effi­cace. Le deux­ième morceau, “Pol­ter­geist” suit la même esthé­tique, et on ne peut s’empêcher d’imaginer son effi­cience sur un dance­floor. On atteint l’apogée un peu plus loin, sur “Rotlicht”, le pre­mier extrait dévoilé de Pro­pa­gan­da au début de l’été. On y retrou­ve toute la dynamique d’Oliver Hunte­mann, des kicks puis­sants qui rebondis­sent, des envolées analogiques qui réson­nent tel un ensem­ble de cuiv­re, emmenant alors l’auditeur à bord d’un voy­age entraî­nant pleins de ten­sions. Une chose est sûre, le pro­duc­teur alle­mand réus­sit à sur­pren­dre tout en gar­dant la même ligne de con­duite.

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 537 fois)