©Collier Schorr

Le retour de Frank Ocean est imminent

Qua­tre ans après Blonde, Frank Ocean sort dans le plus grand secret deux nou­veaux titres et leurs remix­es. Des fans se sont chargés de les pub­li­er sur SoundCloud.

On était sans nou­velles musi­cales de Frank Ocean depuis 2016 et la sor­tie inopinée de son mer­veilleux sec­ond album Blonde, tout occupée qu’était la nou­velle star à voy­ager autour du monde, ressus­citer son Tum­blr, lancer sa pro­pre radio, et pro­pos­er une ligne de mer­chan­dis­ing fash­ion inclu­ant des coques iPhone comme des pan­talons de survêt, des chaus­settes mul­ti­col­ores et des box­ers à laiss­er dépass­er de son jean soigneuse­ment baggy.

Danser comme si le Sida n’avait pas existé

Et puis, revenu à la lumière, en octo­bre dernier, Frank Ocean annonçait le lance­ment des soirées PrEP+, du nom du médica­ment pro­posé par les lab­o­ra­toires Gilead qui, pris préven­tive­ment, évite la con­t­a­m­i­na­tion au HIV. Son développe­ment depuis quelques années a per­mis de ralen­tir dras­tique­ment la prop­a­ga­tion des con­t­a­m­i­na­tions, notam­ment chez les gays. Un one shot annon­cé par un com­mu­niqué de presse où Frank Ocean déclarait vouloir ren­dre hom­mage à “ce qu’aurait pu être la scène club­bing des années 80, si la préven­tion con­tre le HIV avait existé et ses prin­ci­paux acteurs (les Lar­ry Lev­an, Arthur Rus­sell, Sylvester, Patrick Cow­ley, Kei­th Har­ing et on en oublie beau­coup, ndr) n’étaient pas morts du Sida”.

Frank en studio avec Justice ?

Un raout mondain qui s’est tenu le jeu­di 17 octo­bre dans les sous-sols du Knock Down Cen­ter, un club new yorkais où ont lieu régulière­ment des events très queer. Des invités ultra-VIP triés sur le volet, entre art, musique et fash­ion, s’y sont pré­cip­ités pen­dant que la foule dan­sait molle­ment sur les sets de San­go venu de Seat­tle, DJ Sherelle, la DJ anglaise spé­cial­isée dans la bass qui tape, et Frank Ocean lui-même, ain­si que la sur­prise de la soirée : les français de Jus­tice avec qui Frank serait en train de tra­vailler. L’artiste déclarait d’ailleurs récem­ment à pro­pos de son hypothé­tique futur album réfléchir beau­coup à “Detroit, Chica­go, la tech­no, la house et l’électronique française”. Cette soirée per­me­t­tait aus­si au prin­ci­pal intéressé de dévoil­er deux nou­veaux titres “Dear April” et “Cayen­do” ain­si que leurs remix­es par San­go et Jus­tice. Mais égale­ment de ven­dre des t‑shirts avec l’inscription PREP à 60 euros pièce !

Le T Shirt ven­du à la soirée Prep+

Un backlash sans pareil pour la star du r’n’b

Bien sûr dès le lende­main de cette soirée entre célébrités friquées, Frank se pre­nait comme rarement un sérieux revers de bâton, accusé d’avoir organ­isé tout ça unique­ment pour faire la pro­mo­tion de son nou­veau sin­gle “DHL” qui sor­tait le jour même, et de se servir de la cau­tion queer pour se met­tre en avant. Cer­tains par­tic­i­pants se sont plaints sur les réseaux soci­aux que les vig­iles avaient pris leurs com­primés de Prep pour de la drogue, d’autres ont affir­mé que les lab­o­ra­toires Gilead avaient spon­sorisé l’event et Act Up-New York, l’association tur­bu­lente de lutte con­tre le Sida, posa sur la table le prix élevé des t‑shirts tout en posant la ques­tion de savoir si l’argent récolté serait rever­sé à la lutte con­tre le VIH. Autant de cri­tiques aux­quelles Frank répondait par un bil­let de blog loin de sat­is­faire la com­mu­nauté gay.

Jason Rosen­berg, mil­i­tant d’Act Up-New York, déclarait ain­si : “L’équipe de Frank Ocean doit s’arrêter, réfléchir avant de faire encore plus de mal, par­ler directe­ment aux mem­bres de la com­mu­nauté et déter­min­er de quelle manière ils peu­vent tir­er par­ti de l’influence de la star pour con­tribuer de manière sig­ni­fica­tive à la sen­si­bil­i­sa­tion sur la PrEP.”

Toute cette polémique prise en pleines dents n’empêchait pas Frank Ocean de con­tin­uer à bris­er le silence dans lequel il s’était muré depuis la sor­tie de Blonde, comme s’il semait petit à petit des indices indi­quant la sor­tie d’un nou­v­el album. En novem­bre dernier sor­tait ain­si “In My Room”, sub­lime morceau de soul mod­erne lacry­male comme il nous y a habitué. Dans le même temps, Frank annonçait que, devant le suc­cès des vidéos de “Dear April” et “Cayen­do”, jouées pen­dant la soirée et qui avaient envahi les réseaux soci­aux, il com­mer­cial­i­sait un 45 tour avec les deux morceaux et leurs remix­es, signés Jus­tice et San­go, unique­ment disponible sur son pro­pre site inter­net en édi­tion limitée.

Aujourd’hui alors que le stock de ce vinyl col­lec­tor est bien évidem­ment sold-out, que la polémique autour de la soirée PrEP+ est retombée, que les pre­miers heureux com­man­di­taires ont reçu leur paquet cadeau il y a quelques jours, et que les morceaux ne sont pas disponibles sur les plate­formes de stream­ing, de généreux inter­nautes ont tout mis en ligne. Évidem­ment on ne sait pas com­bi­en de temps cela restera sur la toile — Frank étant plutôt du genre con­trol queen sur les bor­ds. On vous encour­age donc à ne pas traîn­er si vous voulez écouter ces deux petites mer­veilles (dont le dément “Cayen­do” chan­té à moitié en espag­nol) et leurs remixes.

Update 3/04/2020 : Depuis la pub­li­ca­tion de l’ar­ti­cle le 31 mars dernier, Frank a décidé de met­tre les deux morceaux à dis­po­si­tion sur les sites de stream­ing… Pour les remix­es signés San­go et Jus­tice, il fau­dra fouiller sur le web.

(Vis­ité 3 042 fois)