©Colin Lloyd

Les festivals debout vont pouvoir reprendre, mais avec une jauge de 4 m² par festivalier

La min­istre de la Cul­ture Rose­lyne Bach­e­lot a annon­cé aujour­d’hui la reprise à par­tir du 1er juil­let des fes­ti­vals debout, mais avec des jauges de 4 m² par par­tic­i­pant. Une déci­sion qui inquiète les organisateurs. 

La grande fête, ce n’est pas pour tout de suite :“Les fes­ti­vals de plein air en con­fig­u­ra­tion debout pour­ront repren­dre, selon une jauge de 4 m² par fes­ti­va­lier”, a déclaré aujour­d’hui Rose­lyne Bach­e­lot à la Com­mis­sion des Affaires cul­turelles de l’Assem­blée nationale. De plus, les lim­ites de jauges seront définies “par le préfet en fonc­tion des cir­con­stances locales.

4 m² par per­son­ne, c’est ingérable. Per­son­ne n’a envie de vivre une expéri­ence pareille.”

Des annonces qui inquiè­tent les organ­isa­teurs de fes­ti­vals, notam­ment Aurélie Hannedouche du Syn­di­cat des Musiques Actuelles (SMA) : “Si on par­le d’un ter­rain de 4 000 m² pour 1 000 per­son­nes, ça peut s’en­vis­ager, il y a des espaces suff­isam­ment vastes pour ne pas se coller les uns aux autres. Mais si on par­le d’un car­ré de 4 m² par per­son­ne, c’est ingérable. Per­son­ne n’a envie de vivre une expéri­ence pareille.

Il faut soulign­er que cette mesure reste encore floue dans les esprits : même si la jauge est respec­tée et que le fes­ti­val fait ren­tr­er le nom­bre légal de fes­ti­va­liers par rap­port à cette jauge de 4 m² par per­son­ne, on devine l’at­troupe­ment du pub­lic au plus près de la scène durant les con­certs. Véri­ta­ble mesure ou effet d’annonce ?

Et Aurélie Hannedouche de con­tin­uer : “Si le préfet nous répond dix jours avant une man­i­fes­ta­tion, ce sera trop tard. Nous avons 40–50 de nos adhérents qui veu­lent organ­is­er un événe­ment en juillet-août, s’ils n’ont pas de réponse d’i­ci le 15 mai, ils vont annuler, c’est trop flou et trop risqué”.

Cet été paraît com­pro­mis pour les fes­ti­vals. Après les annu­la­tions des plus grands comme les Eurock­éennes ou le Hellfest, on peut s’at­ten­dre avec ces annonces à une vague de désis­te­ments sup­plé­men­taires, à l’in­star des reports du We Love Green à Vin­cennes ou du Bon Air Fes­ti­val à Marseille.

 

À lire également
Jauges réduites, aides financières : des précisions sur la réouverture des lieux culturels

 

(Vis­ité 3 080 fois)