Les Inrocks Festival annoncent leur programmation Club

30 ans que Les Inrocks Fes­ti­val est “là où tout com­mence”. Cette année, c’est un anniver­saire en grandes pom­pes auquel nous aurons droit, trois jours durant à La Gaîté Lyrique, du 23 au 26 novem­bre. Si une par­tie de la pro­gram­ma­tion, mêlant musique, ciné­ma, lit­téra­ture, et tout le toutim, a été déjà dévoilée (Ibeyi, Djan­go Djan­go, Alex Cameron, Moodoïd ou encore Calyp­so Val­ois par­mi tant d’autres), il reste quelques sur­pris­es à venir. Aujour­d’hui, c’est le line-up Club qui vient d’être annoncé !

Faire, mais si vous savez, la gaule wave un peu tim­brée, sera en DJ set. Il Est Vilaine, autre groupe exci­tant du moment, vien­dra égale­ment nous retourn­er. Foals nous bal­ancera un DJ set, sûr et cer­tain que ça va dépot­er. Et pour con­clure cette folle liste, Franz Fer­di­nand lâchera des skeuds énervés en bonne com­pag­nie de Paul Thomp­son. Oui, LE Great Paul Thomp­son, le bat­teur de Roxy Music qui a influ­encé toute une généra­tion de groupe new wave. D’autres noms comme Hyacinthe, Dani Ter­reur ou Nou­velle Fron­tière vien­nent com­pléter les autres dates du festival.

Bref une pro­gram­ma­tion qui cor­re­spond à fond au Inrocks. Vous êtes chaud ? Cette soirée Club, c’est le 25 novem­bre prochain. Pour pren­dre vos bil­lets, c’est par là.

En prime, on vous partage un petit mot de JD Beau­val­let, le rédac­teur en chef des Inrock­upt­ibles et acces­soire­ment pro­gram­ma­teur du fes­ti­val, qui se rap­pelle l’une de ses folles soirées, c’é­tait en 1991 : “Out­re la facétie des pro­gram­ma­teurs qui, ce soir-là, alignèrent trois noms de groupes en ono­matopées (Blur, Pulp et Lush), on assista ce soir-là en direct à la nais­sance offi­cielle de la Brit-Pop, avant même que la presse anglaise n’en fasse ses choux gras et sa for­tune des nineties (ce n’est pas nous qui le dis­ons, mais Jarvis Cock­er de Pulp). En voy­ant le con­cert ivre de sève, de flam­boy­ance et d’arrogance de Blur, on aurait pour­tant pu imag­in­er le groupe con­damné à l’implosion aus­si rapi­de que jouis­sive. Même s’il était dif­fi­cile d’envisager alors une car­rière aus­si riche, intense et longue au groupe et surtout à son chanteur Damon Albarn, Blur réus­sit pour­tant en un show magis­tral et intense à faire taire les cyniques. Deux ans plus tard, sur la même scène, c’était Oasis qui venait l’emporter aux points, aux poings. La Brit-Pop pou­vait alors offi­cielle­ment com­mencer. Alex James, bassiste de Blur, se se sou­vient de cette affiche : “J’ai le sou­venir d’un con­cert incroy­able à Lille, dans le cadre d’un fes­ti­val des Inrocks. On partageait l’affiche avec Pulp et Lush. C’est ce soir là d’ailleurs qu’on a vu le groupe de Jarvis Cock­er pour la pre­mière fois sur scène. C’est à cette péri­ode, je crois, que Blur est devenu Blur, que nous avons com­pris qui nous étions. J’adorerais rejouer pour ce fes­ti­val !” Dans la salle du con­cert de Blur/Lush/Pulp, un jeune musi­cien français, devenu célèbre depuis, ren­con­tr­era celle qui allait devenir son épouse. Son groupe, qui jouera des années plus tard en tête d’affiche du fes­ti­val des Inrocks, dure tou­jours. Son cou­ple aussi !”

(Vis­ité 512 fois)