Peder Mannerfelt - Les Veillées Electroniques (2019) ©DR

Les teufs caritatives des Éveillés se transforment en compilation pour soutenir les réfugiés

Le col­lec­tif parisien qui vient en aide aux réfugié·e·s Les Éveil­lés fonde son pro­pre label de musiques élec­tron­iques, Les Éveil­lés Records, dont la pre­mière sor­tie sera une com­pi­la­tion avec Simo Cell ou encore Epsilove, atten­du pour le 24 novembre.

Les Éveillés

© Les Éveil­lés Records (2020) — Logo designed by Matéo Garcia

Depuis 2016, le milieu de la cul­ture et de la fête s’engage avec Les Éveil­lés, une asso­ci­a­tion “noc­tam­bule” dont la mis­sion est d’aider “ceux qui fuient les dan­gers de leur pays” et de sen­si­bilis­er le pub­lic à cette cause, à tra­vers des soirées payantes : les “veil­lées”, qui réu­nis­sent la crème de la scène élec­tron­ique et indé/alternative française, comme Flavien Berg­er, La Femme, Jacques, Pit Spec­tor, Polo & Pan, etc. Les artistes jouent bénév­ole­ment, et les fonds sont rever­sés aux asso­ci­a­tions mobil­isées auprès des exilé·e·s (Paris d’Exil, Thot, La Chapelle Debout…). Après avoir pu lever un total de 90 000€, Les Éveil­lés se renou­vel­lent en cette péri­ode de pandémie en créant leur label, afin de “con­tin­uer à faire exis­ter Les Éveil­lés, au-delà des pro­jets événe­men­tiels”, comme nous l’ex­plique le collectif. 

On a choisi des pro­duc­teurs qu’on aime et qui sont engagés. Tous les acteurs réu­nis autour du pro­jet sont bénévoles.”

Sans plus atten­dre, le pre­mier disque sor­ti­ra le 24 novem­bre prochain, regroupant sur une com­pi­la­tion 13 tracks com­posés par Antigone, Simo Cell, Epsilove, Ped­er Man­ner­felt, Zadig et SKNDR. “Pour la plu­part, ce sont des artistes qui se sont déjà pro­duits à nos événe­ments. Par exem­ple, Simo Cell devait jouer pour nos trois ans à la Machine du Moulin Rouge – évène­ment que nous avions dû annuler au print­emps dernier en rai­son de la pandémie. Pour d’autres, comme Epsilove, nous lui avons pro­posé de pren­dre part au pro­jet, parce que nous aimons énor­mé­ment son tra­vail. Finale­ment, on a choisi des pro­duc­teurs qu’on aime, qu’on écoute et qui sont engagés.”

 

À lire également
Ce soir, le docu sur les 29 fêtes du collectif d’aide aux migrants Les Éveillés

 

Les Éveil­lés Records se présente comme un label indépen­dant, engagé et asso­ci­atif, ce qui sig­ni­fie que “tous les acteurs réu­nis autour du pro­jet sont bénév­oles : les pro­duc­teurs, le mas­ter­ing, le graphisme, la com­mu­ni­ca­tion, etc”. Fidèle à sa mis­sion, les béné­fices des ventes seront rever­sés aux asso­ci­a­tions dédiées aux exilé·e·s. “La sit­u­a­tion est loin d’être apaisée, même si le gou­verne­ment fait tout pour don­ner l’im­pres­sion qu’il n’y a plus d’exilé.e.s dehors ou en sit­u­a­tion de détresse”, ajoute le collectif.

La sit­u­a­tion est loin d’être apaisée, même si le gou­verne­ment fait tout pour don­ner l’im­pres­sion qu’il n’y a plus d’exilé.e.s en détresse”

Et Les Éveil­lés ne comptent pas s’ar­rêter là : le col­lec­tif réflé­chit à des pro­jets autour de livres, films ou encore pod­casts, mais aus­si à “une manière d’in­té­gr­er notre pub­lic (qui est très deman­deur) à des actions déployées directe­ment sur le ter­rain, dans les campe­ments et dans la rue”.

La com­pi­la­tion sera disponible le 24 novem­bre au for­mat dig­i­tal sur Band­camp (bien­tôt en ligne).

Plus d’in­fos sur leur site

(Vis­ité 320 fois)