© Little Festival

Little Festival, entre glisse et musiques électroniques au bord de l’Océan

Le Lit­tle Fes­ti­val retrou­ve les Lan­des après deux ans d’ab­sence. Pro­mou­vant tou­jours le street-art, la glisse et les musiques élec­tron­iques. Molécule, I Hate Mod­els, Anetha, Bon Enten­deur… Deman­dez le programme.

Après deux ans d’ab­sence à cause de la crise san­i­taire, Lit­tle Fes­ti­val est de retour dans les Lan­des pour sa qua­trième édi­tion. Cette année, il s’empare des com­munes de Seignosse, Hossegor et Cap­bre­ton du 3 au 7 août. Qui a dit que fes­ti­val ne pou­vait con­cili­er paysages de vacances ? Et évidem­ment, Lit­tle Fes­ti­val met tou­jours à l’hon­neur les musiques élec­tron­iques avec des artistes inter­na­tionaux et locaux, le street-art et les sports de glisse.

Un con­cept qui nous trans­porte directe­ment dans une série ado­les­cente des années 2000, se déroulant sur la côte cal­i­forni­enne où les cool kids “rident” des vagues après les cours. Et on ne va pas se le cacher, on a tous et toutes eu envie un jour d’ap­partenir à cette bande d’a­dos stylés. Autant dire que le pro­gramme de Lit­tle Fes­ti­val est alléchant. Côté ride, l’édi­tion est par­rainée par Pierre-Louis Costes (dou­ble cham­pi­on du monde de body­board) et Alizé Arnaud, cham­pi­onne du monde junior de surf ini­tiera les festivalier·es au surf. Côté street-art, Lit­tle Fes­ti­val accueille les artistes Babapt, Alx Fer­nan­dez, Akrane et Biz­mut. Et for­cé­ment, la pro­gram­ma­tion musi­cale est aus­si au niveau.

 

À lire aussi Jets de projectiles sur les artistes en plein concert : récréation ou irrespect ?

 

L’édi­tion s’ou­vre à Cap­bre­ton, sur l’E­s­plan­nade de la lib­erté, avec open-air, fresque par­tic­i­pa­tive, nour­ri­t­ure, bois­son, couch­er de soleil sur l’At­lan­tique.. Ce soir-là se pro­duiront le DJ-producteur et aven­turi­er Molécule — dont le cadre du fes­ti­val s’in­scrit par­faite­ment dans son prochain pro­jet : com­pos­er un disque au coeur des vagues à Nazaré -, les col­lec­tifs Musique d’Apéri­tif,  GOGO GREEN, Mad­wood, et Lit­tle Family.

Ensuite s’en­chaîneront 3 jours de fes­tiv­ités à Seignosse dans la mythique salle du Tube, à quelques pas de la plage des Bour­daines. Et on peut dire que le deux­ième jour envoie du lourd, avec une pro­gram­ma­tion con­coc­tée par Dure Vie. Ain­si lorsque les derniers rayons du soleil se refléteront sur l’Océan, on pour­ra se tré­mouss­er sur la tech­no indus­trielle et mécanique du DJ Alle­mand Ben Klock, sur le set tech­no à la fois mélodieux et sec de la DJ pales­tini­enne Sama’ Abd­hul­ha­di et sur la house tech­no, dis­co de la Parisi­enne Jen­nifer Car­di­ni. Et le rythme car­diaque ne risque pas de redescen­dre le lende­main : ven­dre­di ce sont les rythmes tech­no furieux qui gron­deront à Seignosse avec la tech­no furieuse de I Hate Mod­els, le dub min­i­mal d’Anetha, la tech­no infusée à l’EBM de ROÜGE. Fort heureuse­ment same­di, ce sont les his­toires dansantes du col­lec­tif Bon Enten­deur, la house de Camion Bazar, et les mélodies groovy d’Anoorak qui retourneront le dance­floor, tout en douceur cette fois-ci.

Enfin, le fes­ti­val se clô­tu­ra à Hossegor dans le jardin du Jo&Joe avec le DJ cagoulé Mézigue, Mad Rey et Ouai Stéphane.

Le reste de la pro­gram­ma­tion est à décou­vrir ici.

(Vis­ité 262 fois)