Moonage Daydream”, le biopic sur David Bowie, sort son teaser planant

Après Elvis Pres­ley, c’est au tour de David Bowie d’avoir son film. Brett Mor­gen a sor­ti la bande-annonce de Moon­age Day­dream, qui sor­ti­ra le 15 sep­tem­bre en salle. 

Ash­es to Ash­es”. 1980. David Bowie en Pier­rot la lune, per­ché sur sa planète argen­tée. Sig­ni­fica­tive bal­afre au front, mouche cen­drée au coin de la bouche, Major Tom a mar­qué l’iconographie d’une généra­tion et du rock en général. S’amusant à jouer avec les codes assignés aux gen­res, David Bowie fascine. Brett Mor­gen le décou­vre à ce moment-là, alors qu’il s’apprête à entr­er dans la puberté. Alors évidem­ment, c’est le dérè­gle­ment des sens, un choc qui le mar­quera à vie pour finale­ment décider de lui ren­dre hom­mage dans “une expéri­ence ciné­matographique” de 2h30. Après avoir dévoilé l’affiche et la date de sor­tie – le 16 septembre- le réal­isa­teur a enfin sor­ti la bande-annonce de Moon­age Day­dream. Et elle met l’eau à la bouche.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par David Bowie (@davidbowie)

Des gros plans sur ses yeux vairons obsé­dants, qui lui auront valu son suc­cès et son iden­tité. Reflet d’un homme aux mille vis­ages qui nous appa­raît dans ses tenues épous­tou­flantes. Il a le regard fuyant en inter­view, lorsqu’on lui demande “Parlez-moi de vos chaus­sures. Sont-elles pour femme ?”.

Ce biopic/documentaire est aus­si la promesse d’une flopée d’images d’archives exclu­sives, notam­ment de ses con­certs. On entend l’hystérie des fans à leurs feule­ments déraison­nés. Toute la vidéo est habitée de la voix de l’artiste qui com­mente sa car­rière, sa vie et proclame des spécu­la­tions sur l’univers. Le film nous sem­ble assez psy­ché, à la fron­tière entre deux mon­des. Brett Mor­gen ne cache pas qu’il prend très au sérieux les dis­cours de Bowie sur la tran­scen­dance. Il racon­te qu’avant de se lancer dans l’aventure Moon­age Day­dream, il a été vic­time d’un sévère infarc­tus. À 47 ans, il s’est retrou­vé dans le coma et en est ressor­ti très ouvert à la rel­a­tiv­ité selon Zig­gy. Dans des pro­pos recueil­lis sur les march­es de Cannes par Téléra­ma, il con­fesse :  “Il m’a fourni un guide de survie, je m’étais per­du dans le tra­vail et j’ai fail­li en mourir sans laiss­er la moin­dre indi­ca­tion à mes enfants. Il m’a mon­tré com­ment appréci­er l’existence à tra­vers la créa­tion et s’épanouir dans l’instant présent. J’ai sen­ti que le film serait un moyen de trans­met­tre le mes­sage aux jeunes généra­tions…” On espère que ce ne sera pas une suc­ces­sion d’archives, délivrée aux spec­ta­teurs sans trame nar­ra­tive. Un film que l’on pressent dédié aux fans mais aus­si aux rêveurs, et pourquoi pas aux fous.

(Vis­ité 1 521 fois)