Mort de Heiko MSO, cofondateur du mythique label Playhouse

La musique élec­tron­ique vient de per­dre l’une des fig­ures les plus impor­tantes de son his­toire. L’Allemand Heiko Schäfer alias Heiko MSO est décédé hier sans que la cause du décès ne soit pour le moment con­nue. Il avait 48 ans.

Fon­da­teur avec Atana­sios Chris­tos Macias alias Ata du label Ongaku Musik en 1992 et des labels Play­house et Klang Elek­tron­ik en 1993, Heiko est l’un des piliers de toute une généra­tion. Fab­rice Desprez, fon­da­teur du label Sis­ter Phunk et de l’agence de pro­mo Phunk, se rap­pelle : “Il a un poids mon­di­al dans l’histoire de la musique élec­tron­ique. Play­house, Klang, Ongaku c’est vrai­ment unique. Ils ont su avoir un coup d’avance sur la tech­no assez dure mais aus­si sur des sons plus élec­tro et surtout dévelop­per tout un courant house pour lequel ils sont les plus con­nus. Avec Play­house, ils ont lancé Isolee, Losoul, Ricar­do Vil­lalo­bos… ”

Chaque amoureux de musique élec­tron­ique a for­cé­ment déjà enten­du quelques-unes de leurs sor­ties : “Tout est hyper cohérent, affir­mé, il y a une esthé­tique forte. La péri­ode 1995 — 2005, c’est l’un des cat­a­logues incon­tourn­ables au niveau mon­di­al. En réé­coutant main­tenant ce qu’ils pro­dui­saient à l’époque, tu te rends compte de la moder­nité et de la vision qu’avaient ces gens.” C’est notam­ment sur Play­house qu’est sor­ti Alca­chofa, le pre­mier album de Ricar­do Vil­lalo­bos en 2003 : “Trax l’avait nom­mé album de l’année à l’époque, avant que Tsu­gi n’existe. Ils ont aus­si dans leur cat­a­logue les deux pre­miers albums d’Isolee… Le label Klang avait Alter Ego (alias Roman Flügel et Jörn Elling Wut­tke, ndlr)”

La com­plic­ité avec son pote Ata y est pour beau­coup dans le suc­cès des divers pro­jets : “C’é­tait des directeurs artis­tiques de dingue. Tous les visuels étaient faits par Ata, Heiko était plutôt le coor­di­na­teur. C’est lui qui répondait au télé­phone.” Cha­cun par­tic­i­pait au pro­jet de l’autre dans un esprit col­lec­tif : “Heiko jouait sou­vent au Robert John­son à Franc­fort, un club fondé et géré par Ata. Ils avaient aus­si un mag­a­sin ensem­ble, un col­lec­tif de DJs… Il y avait une vraie alchimie, c’était une famille.”

Au début des années 2000, Heiko fait con­fi­ance à Fab­rice Desprez et son agence de pro­mo­tion Phunk : “Pour boost­er leur image, il nous avait con­fié les trois labels mais c’est claire­ment Play­house qui avait le vent en poupe.” A l’époque, il fal­lait faire avec la con­cur­rence de labels tels que Get Phys­i­cal, Warp, Gigo­lo ou F Com­mu­ni­ca­tions : “Pour dévelop­per l’image de Play­house, on avait co-organisé avec We Love une grosse fête à l’Aquaboulevard. Tout ceux qui étaient à cette We Love Play­house en novem­bre 2004 en pleurent encore. C’était l’une des plus belles fêtes des années 2000 à Paris. Il y avait toute la famille : Ricar­do Vil­lalo­bos, Losoul, Ata, Heiko MSO et Alter Ego.”

Fly­er de la soirée We Love Play­house

Depuis la fin des années 2000, cha­cun est par­ti de son côté, lais­sant der­rière eux une empreinte indélé­bile sur la musique élec­tron­ique mon­di­ale : “La mort d’Heiko est vrai­ment une triste nou­velle. Il avait un tal­ent unique.”

(Vis­ité 1 040 fois)