Peacock Society, 2021 ©Geoffrey Hubbel

Need to dance” : Peacock Society prêt à vous faire vibrer avec un line-up XXL

Les poin­tures de la scène élec­tro se rassem­blent les 10 et 11 sep­tem­bre pour vous faire taper du pied. Cette année, Pea­cock Soci­ety laisse une grande place aux col­lec­tifs qui ont ryth­mé notre année, pour le plus grand bon­heur de nos oreilles.

Le mois de sep­tem­bre ne signe pas que le spleen de la ren­trée. C’est aus­si l’occasion pour les plus grands évène­ments de la scène élec­tro de point­er le bout de leur nez. L’affiche de Pea­cock est sug­ges­tive. Une onde orange est sur­plom­bée d’un nuage de fumée indi­go. Une créa­ture émerge de l’eau, mi-humaine mi-poisson. Elle vient trou­bler la tran­quil­lité de ce tableau onirique. Son œil scin­tille, l’air de dire : “Rejoignez-moi danser”. Étalé sur deux jours, le fes­ti­val revient avec 5 scènes dif­férentes, cha­cune avec leur iden­tité pro­pre. Son nou­veau for­mat en plein air est la promesse d’un week-end cham­pêtre, où les notes élec­tron­iques vien­nent se mélanger aux chants des oiseaux du parc de Choisy Paris-Val-de-Marne.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Pea­cock Soci­ety (@peacocksociety)

Un hori­zon de la musique électronique

À par­tir de 13h, vous pour­rez gam­bad­er dans ce paysage bucol­ique. Au milieu des bois, d’une éten­due d’eau et même d’une plage se dessi­nent 5 endroits pour célébr­er la diver­sité de la musique élec­tron­ique. Irradiez-vous des rayons de la scène Solar, où les dieux de la house se suc­cèderont. Same­di, Peg­gy Gou fait son grand retour sur le fes­ti­val, 5 ans après sa venue, en tant que maîtresse de céré­monie. On pour­ra taper du pied sur DJ Har­vey, Jamie Jones et l’ensorcelante Vanille qui nous avait impres­sion­nés lors de son live dis­jonc­té à Nuits sonores. Dimanche ça sera au tour du mae­stro de l’électro français Lau­rent Gar­nier, de présider la soirée. Il sera accom­pa­g­né de Kölsch et DJ Koze.

Vous êtes plus dark ? La mir­ror stage, nichée au fond du fes­ti­val, est faite pour vous. Elle est un peu l’écart des autres, et pour cause ! Elle fera trem­bler les alen­tours. Au pro­gramme, une tri­ade qui promet deux soirées de pure folie : Anetha, Amélie Lens et VTSS, les déess­es de la techno.

Plus on est de fous, plus on rit

Le fes­ti­val ne se con­tente pas de ces gross­es têtes d’affiche. Il invite la crème des col­lec­tifs qui organ­isent nos plus belles soirées pen­dant l’année. Une belle manière de leur ren­dre hom­mage et de laiss­er par­ler leur créa­tiv­ité. La Darude, qui reprend l’esthétique des années 2000 à coups d’eurodance, de trance et d’happy hard­core, pren­dra pos­ses­sion de la Woody stage. La BARBI(E)TURIX qui ne cesse de faire vibr­er la scène queer et fémin­iste parisi­enne présen­tera sa jeune pépite Eloi, Dani­lo Plessow / MCDE ou encore I. Jor­dan sur la Nomad Stage. Haïku, référence dans le paysage élec­tron­ique depuis une pre­mière soirée au Yoyo en 2013, se join­dra à elle avec DJ Ten­nis, Jen­nifer Car­di­ni et Chloé Cail­let. Alors sortez vos habits de couleurs étince­lantes et rendez-vous à la Peacock.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Pea­cock Soci­ety (@peacocksociety)

(Vis­ité 769 fois)