Skip to main content
Les jardins du musée Bourdelle dans le 15e à Paris
30 septembre 2020

Nuit Blanche : une fascinante expérience électronique de Voiski au musée Bourdelle

par Léonie Ruellan

Ce samedi 3 octobre, dans le cadre de la Nuit Blanche, une installation créée par le compositeur électronique français Voiski et l’artiste vidéaste contemporaine Anne-Charlotte Finel envahira les jardins du musée Bourdelle dans le 15e arrondissement. Une expérience tant visuelle que sonore qui invite le spectateur à pénétrer un univers de sciences-fiction. 

Nuit BlancheQuand l’image d’Anne-Charlotte Finel et le son de Voiski se rencontrent, cela donne un objet esthétique fascinant mais presque inquiétant. Des insectes devenus géants, se mouvant au son d’une texture électronique troublante. Rencontrés en école d’art, les deux artistes combinent leur travaux pour les « enrichir de nouvelles dimensions », comme nous le confie le producteur Voiski. Samedi, ils transformeront les jardins du musée Bourdelle en un univers parallèle le temps d’une soirée, avec des installations « où plusieurs vidéos sonorisées cohabitent dans un même espace et viennent créer une composition globale plus dense, que l’on appréhende dans sa totalité par la déambulation dans l’espace d’exposition ».

« Je suis actuellement en train de reconstituer une sorte de jungle sonore de synthèse pour accueillir un python albinos virtuel qui se promènera dans les jardins du musée. »

À l’instar de l’esthétique du projet Polar Inertia dont Voiski fait partie (et avec qui Anne-Charlotte a déjà travaillé), les installations explorent une matière sombre, inspirée des classiques de science-fiction les plus obscurs : « Anne-Charlotte a souhaité insuffler un élan vers la science-fiction. Il y a quelque chose, presque de l’ordre du surnaturel dans les différents montages vidéo qu’elle m’a proposés. J’ai répondu assez littéralement en créant des atmosphères inquiétantes et de brefs moments de tensions faisant écho aux musiques de films américains des années 80 (Blade Runner en particulier). C’est un gros chantier, on est à trois jours de l’ouverture et j’y travaille toujours. Je suis actuellement en train de reconstituer une sorte de jungle sonore de synthèse pour accueillir un python albinos virtuel qui se promènera dans les jardins du musée. »

Cette installation sera également l’occasion d’observer les talents de Voiski dans un autre exercice de composition, différent des habituelles productions purement musicales. « Composer pour des vidéos me permet de jouer davantage sur la texture et la matière sonore comme une forme plastique que l’on peut faire évoluer dans l’espace. La recherche de la juste émotion et de l’équilibre par rapport à l’image est également quelque chose qui me fascine. »

L’évènement aura lieu de 19h à 2h ce samedi 3 octobre et sera gratuit et accessible sur inscription.

Visited 91 times, 1 visit(s) today