Les jardins du musée Bourdelle dans le 15e à Paris

Nuit Blanche : une fascinante expérience électronique de Voiski au musée Bourdelle

Ce same­di 3 octo­bre, dans le cadre de la Nuit Blanche, une instal­la­tion créée par le com­pos­i­teur élec­tron­ique français Vois­ki et l’artiste vidéaste con­tem­po­raine Anne-Charlotte Finel envahi­ra les jardins du musée Bour­delle dans le 15e arrondisse­ment. Une expéri­ence tant visuelle que sonore qui invite le spec­ta­teur à pénétr­er un univers de sciences-fiction. 

Nuit BlancheQuand l’im­age d’Anne-Charlotte Finel et le son de Vois­ki se ren­con­trent, cela donne un objet esthé­tique fasci­nant mais presque inquié­tant. Des insectes devenus géants, se mou­vant au son d’une tex­ture élec­tron­ique trou­blante. Ren­con­trés en école d’art, les deux artistes com­bi­nent leur travaux pour les « enrichir de nou­velles dimen­sions », comme nous le con­fie le pro­duc­teur Vois­ki. Same­di, ils trans­formeront les jardins du musée Bour­delle en un univers par­al­lèle le temps d’une soirée, avec des instal­la­tions « où plusieurs vidéos sonorisées cohab­itent dans un même espace et vien­nent créer une com­po­si­tion glob­ale plus dense, que l’on appréhende dans sa total­ité par la déam­bu­la­tion dans l’e­space d’ex­po­si­tion ».

Je suis actuelle­ment en train de recon­stituer une sorte de jun­gle sonore de syn­thèse pour accueil­lir un python albi­nos virtuel qui se promèn­era dans les jardins du musée.”

À l’in­star de l’esthé­tique du pro­jet Polar Iner­tia dont Vois­ki fait par­tie (et avec qui Anne-Charlotte a déjà tra­vail­lé), les instal­la­tions explorent une matière som­bre, inspirée des clas­siques de science-fiction les plus obscurs : « Anne-Charlotte a souhaité insuf­fler un élan vers la science-fiction. Il y a quelque chose, presque de l’or­dre du sur­na­turel dans les dif­férents mon­tages vidéo qu’elle m’a pro­posés. J’ai répon­du assez lit­térale­ment en créant des atmo­sphères inquié­tantes et de brefs moments de ten­sions faisant écho aux musiques de films améri­cains des années 80 (Blade Run­ner en par­ti­c­uli­er). C’est un gros chantier, on est à trois jours de l’ou­ver­ture et j’y tra­vaille tou­jours. Je suis actuelle­ment en train de recon­stituer une sorte de jun­gle sonore de syn­thèse pour accueil­lir un python albi­nos virtuel qui se promèn­era dans les jardins du musée. »

Cette instal­la­tion sera égale­ment l’oc­ca­sion d’ob­serv­er les tal­ents de Vois­ki dans un autre exer­ci­ce de com­po­si­tion, dif­férent des habituelles pro­duc­tions pure­ment musi­cales. « Com­pos­er pour des vidéos me per­met de jouer davan­tage sur la tex­ture et la matière sonore comme une forme plas­tique que l’on peut faire évoluer dans l’e­space. La recherche de la juste émo­tion et de l’équili­bre par rap­port à l’im­age est égale­ment quelque chose qui me fascine. »

L’évène­ment aura lieu de 19h à 2h ce same­di 3 octo­bre et sera gra­tu­it et acces­si­ble sur inscrip­tion.

(Vis­ité 582 fois)