Skip to main content
Skee Mask / Capture d'écran de sa Boiler Room
30 septembre 2020

Podcast 602 : Skee Mask

par Léonie Ruellan

Il signe le podcast 602 : Skee Mask. Le mystérieux prodige allemand de la musique électronique livre pour Tsugi un mix inédit, compilant ce que l’underground anglais a de meilleur, des années 90 à aujourd’hui.

Il ne dévoile pas son visage, refuse les interviews, n’a aucune photo officielle et a tenté de cacher son identité au début de sa carrière : mais qui es-tu, Skee Mask ? De son vrai nom Bryan Müller, le producteur de Munich est l’un des meilleurs de sa génération. D’abord connu via Boys Noize Records sous l’alias SCNTST en 2001, il devient Skee Mask en 2014 et sort les albums Shred (2016) et Compro (2018) sur le label Ilian Tape, fondé par les Zenker Brothers. De remarquables sorties adulées par la critique : Compro est érigé au rang des meilleurs disques électroniques de 2018. Et toute la critique se met d’accord sur un point : il est rare de maîtriser l’héritage électronique britannique des 90’s avec autant d’audace. Skee Mask rentre officiellement dans la cour des grands.

En juin dernier, il sortait une paire d’EPs simultanément, l’un dubstep et l’autre ambient, et recevait encore les félicitations du public, de la critique et de ses collègues, dont Daniel Avery, Nicolas Jaar, Marcel Dettmann, ou la résidente BBC 6 Mary Ann Hobbs. On devrait le retrouver prochainement aux côtés du Nantais Simo Cell pour une collaboration sur son jeune label TEMƎT Music. Une petite escale ailleurs que sur Ilian Tape, son label attitré qui, lui, sortira Cosmic Transmission, le nouvel album de ses fondateurs The Zenker Brothers le 15 octobre prochain (à précommander ici).

 

À lire également
Le prodigieux Skee Mask a sorti 2 EP d’un coup : l’un dubstep, l’autre ambient

 

Nourrie par l’underground électronique anglais et les années 90, la musique de Skee Mask navigue entre breakbeat, dubstep, IDM, jungle, ambient et techno. Pour Tsugi, il livre un mix qui lui ressemble, démarrant dans un style UK bass avant de pencher vers une tech-house soutenue et garnie de quelques touches breakées. Bien loin d’être éthérées ou minimalisées, les 60 minutes de mix sont un bouillon d’énergie positive et de références qui sillonnent les époques.

Visited 50 times, 1 visit(s) today