Credit Photo : Oriane Coton

Perc, I Hate Models, Acid Arab… Tapage Nocturne invite du beau monde à Lyon pour son premier événement à 2000 personnes

Près de 2000 per­son­nes : après cinq ans à organ­is­er des soirées à Lyon, l’as­so­ci­a­tion Tapage Noc­turne passe la sec­onde pour une fête à grande échelle. Mais atten­tion, ces hyper­ac­t­ifs ne sont pas non plus des per­dreaux de l’an­née, ayant investi plusieurs fois le Dv1 (notam­ment pour sa soirée de fer­me­ture), col­laboré avec le costaud col­lec­tif XLR, invité Fab­rizio Rat et I Hate Mod­els pour une pre­mière teuf au “Club” du Trans­bor­deur, ou reçu Perc, Alan Fitz­patrick, Pär Grind­vik, Ancient Meth­ods, Dax J, Emmanuel Top, Luke Slater, Manu Le Malin, SHXCXCHCXSH, DJ Stingray, Popof… Il ne man­quait plus à l’as­so qu’une grosse jauge pour par­faire le tableau, et ce sera chose faite le 6 avril au Trans­bor­deur en con­fig­u­ra­tion com­plète — avec un pub­lic répar­ti sur deux salles, donc.

Et à grande occa­sion, grand line-up : a été invité I Hate Mod­els, phénomène tech­no à ban­dana que l’on croise dans toutes les fêtes de bon goût, ain­si que les Ital­iens de Boston 168 en live acid et Jibis, rési­dent tech­no de Tapage Noc­turne ayant sor­ti il y a peu le titre “Trib­ute To Eletro­choc” en hom­mage au bouquin de Lau­rent Gar­nier. Les trois sont des habitués de ces nuits lyon­nais­es (à croire qu’on a envie d’y retourn­er !), tout comme la tête d’af­fiche de la soirée, le grand Perc. Avec plus de 15 ans de car­rière et à la tête de l’ex­cel­lent label Perc Trax, le par­rain de la tech­no anglaise, qu’elle soit indus­trielle ou non, vien­dra présen­ter son nou­veau live à qua­tre mains en com­pag­nie de son pro­tégé Ansome. Impro­vi­sa­tions et gros pieds dans notre nez au pro­gramme pour cette pre­mière représen­ta­tion française.

Deux salles, deux ambiances… Si la scène prin­ci­pale du Trans­bor­deur suin­tera la tech­no par tous les pores, un autre espace sera investi ce soir-là, pour un chouia plus de couleur : Acid Arab se pro­duira en live, Mez­erg amèn­era son “pianoboum­boum”, un piano éven­tré, aug­men­té, trit­uré et trans­for­mé, tan­dis que les Chineurs de Lyon s’oc­cu­per­ont du warm-up à coup de house et de dis­co. Un sacré pro­gramme pour un pre­mier pas dans la cour des grands.

Event Face­book

» A lire aus­si : Acid Arab se dévoile

(Vis­ité 697 fois)