đź‘€ Qu’est-ce que Jacques fout sur un panneau publicitaire en Russie ?

Ces derniers jours, Jacques a posté sur ses réseaux soci­aux des pho­tos d’af­fich­es pub­lic­i­taires, l’une à Moscou, une autre à Bangkok et une dernière à Agadir, cha­cune dans la langue locale, avec lui dessus…

Jacques pré­pare quelque chose. Sur ses réseaux soci­aux, il postait récem­ment une troisième pho­to de lui sur une affiche pub­lic­i­taire pour annon­cer… on ne sait pas trop quoi. En effet, la pre­mière affiche est écrite en cyrillique dans ce qui sem­ble être les rues de Moscou ; la deux­ième en thaï, affichée sur un taxi tuk-tuk à Bangkok ; la troisième à Agadir au Maroc, où Jacques a passé les deux dernières années. Les trois affich­es ont néan­moins la même date indiquée : 03/06/2021.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Jacques (@jacquesauberger)

Parce qu’on a fait russe LV2, on vous traduit ce qu’il y a écrit : “Je suis heureux de faire par­tie de vous. Nou­veau morceau de Jacques le 03/06/2021.” Il n’y a pas de doute, c’est bien lui, tou­jours aus­si cryp­tique et philosophique.

Ce que l’on sait, c’est que ce prochain titre va sor­tir sur le nou­veau label d’Étienne Piket­ty, cofon­da­teur de Pain Sur­pris­es (avec Jacques, juste­ment, et Petit Prince), nom­mé R&D. Pour Tsu­gi, il nous con­fie que l’ob­jec­tif de R&D “est de ten­ter des choses.” Il con­tin­ue : “Tout va tourn­er autour de l’ex­péri­men­ta­tion. J’aime beau­coup l’idée d’avoir le droit de se tromper, droit à l’er­reur, qu’elle soit même encour­agée. Et je trou­ve aus­si très impor­tant de rap­pel­er qu’il y a sou­vent plusieurs bonnes répons­es à une seule ques­tion. Musi­cale­ment, tout peut arriv­er et le son ne sera que la final­ité d’un chemin long et aven­tureux.”

 

Ă€ lire Ă©galement
C’est officiel, Jacques est incapable d’être heureux sans rien faire

 

Il sem­blerait donc qu’après près de deux ans d’ab­sence, Jacques fasse enfin son grand retour et il nous avait man­qué ! Ain­si, il avait déjà signé un track très club sur la com­pi­la­tion Post Office 5 de Logis­tic Records sor­tie en mars. Aux côtés de maîtres de la house min­i­male comme Losoul ou Ark, “Alcaya” était l’un des rares tracks en solo du natif de Stras­bourg depuis l’al­bum A Lot of Jacques en 2017. On se sou­vient égale­ment du fan­tasque “Hoohoohoo Haha­ha” qui nous avait valu un mémorable entre­tien. Dans un post Face­book en décem­bre, il con­fes­sait son ennui à ne rien faire, annonçant une reprise de ses activ­ité et un “cal­en­dri­er criblé de dead­lines” qui “finale­ment tombe bien car mon disque dur était larvé de démos.”

(Vis­itĂ© 2 519 fois)