© Joe Mabel / Searchlight Pictures

Questlove (The Roots) remporte un oscar pour son docu “Summer Of Soul”

Au milieu de Hans Zim­mer et Bil­lie Eil­ish, un autre musi­cien a été célébré ce 27 mars lors de la dernière céré­monie des Oscars : Ahmir Thomp­son, mieux con­nu sous le nom de Quest­love. Le bat­teur des Roots a en effet rem­porté l’Oscar du meilleur doc­u­men­taire pour “Sum­mer of Soul (…Or, When the Rev­o­lu­tion Could Not Be Tele­vised)”, dédié au fes­ti­val de Harlem en 1969.

« Ce n’est pas à pro­pos de moi. C’est à pro­pos des per­son­nes mar­gin­al­isées à Harlem qui ont besoin de soign­er leurs blessures ». Les remer­ciements de Quest­love après avoir reçu l’Oscar du meilleur doc­u­men­taire étaient trou­blés par l’émotion. Paru l’été dernier sur Dis­ney+, son film “Sum­mer of Soul (…Or, When the Rev­o­lu­tion Could Not Be Tele­vised)” racon­tait l’histoire d’un été par­ti­c­uli­er : celui de l’année 1969. Alors que Wood­stock, ou plus trag­ique­ment Alta­mont, ont mar­qué l’histoire, un autre fes­ti­val n’a pas eu la recon­nais­sance méritée : le Harlem Cul­tur­al Festival.

Pour sa troisième édi­tion, il se tenait chaque dimanche, durant six semaines, ryth­mant l’été avec les con­certs de Ste­vie Won­der, Mahalia Jack­son, Nina Simone, Gladys Knight & the Pips, Sly and the Fam­i­ly Stone, B.B. King, Max Roach et bien d’autres. Face à une foule d’afro-américains de tous âges, réu­nis en masse : on a dénom­bré 300 000 spec­ta­teurs au total. L’évènement a servi de catal­y­seur au mou­ve­ment des droits civiques et con­tre le racisme, alors en plein bouil­lon­nement. En effet, le fes­ti­val, tenu à peine un an après la mort de Mar­tin Luther King, a égale­ment don­né lieu à des dis­cours, alors que les activistes du Black Pan­ther Par­ty assur­aient la sécu­rité. Mais il a surtout fait office d’une grande célébra­tion de la cul­ture afro-américaine.

Pour­tant, mal­gré les cinq caméras et 40 heures de rush­es pro­duites, il n’y a qua­si­ment eu aucune dif­fu­sion. Durant cinquante ans, les ban­des sont restées incon­nues, jusqu’au film de Quest­love. Pour­tant, ce “Black Wood­stock” aurait pu devenir aus­si célèbre que son homo­logue. C’est ce qu’affirmait Quest­love à Pitch­fork à la sor­tie du film :  « Wood­stock en lui-même n’a pas été déter­mi­nant. Ce qui l’a été c’est le film sur Wood­stock. Ce qui a ren­du Wood­stock génial c’est le fait qu’on nous ait dit que Wood­stock était génial. » Avec ce film, le musi­cien a égale­ment rem­porté un prix au Crit­ics’ Choice Doc­u­men­tary Awards et aux BAFTA, en plus d’une nom­i­na­tion aux Gram­my. Bien­tôt la totale ?

(Vis­ité 781 fois)