©Twitter du Ministère de l'Intérieur

Rave party à Redon : cette collecte pour porter plainte contre le gouvernement

Deux ans après la mort de Steve Maia Caniço, tout recom­mence. La free par­ty organ­isée en hom­mage au jeune homme a tourné à la con­fronta­tion entre teufeurs et forces de l’or­dre et a fait plusieurs blessés dont un blessé grave. Le Col­lec­tif des musiques inter­dites a donc lancé une col­lecte en ligne afin de pay­er des avo­cats pour emmen­er cette vio­lence devant les tribunaux.

Des heures et des heures de vio­lences, des cris, la main d’un jeune homme de 22 ans arrachée, des tirs de grenades lacry­mogènes, des mil­liers d’eu­ros de matériels détru­its, des blessés dans les deux camps, la rave de Redon avait des airs apoc­a­lyp­tiques ce same­di 19 juin au matin. “Après ce déchaîne­ment de vio­lence, la folie ven­ger­esse des mil­i­taires aurait pu s’ar­rêter, mais non. Après avoir lais­sé quelques heures de répit aux fêtard.es, une inter­ven­tion d’une vio­lence rare survient. Cette fois ce sont les instru­ments de musique des sound sys­tems qui vont être pris à par­ti. À coup de haches, mass­es, marteaux et matraques, les gen­darmes détru­isent tout sur leur pas­sage”, témoigne le collectif.

 

À lire également
Rave party à Redon : 30 ans de teuf et on en est encore là ?

 

 

Ils con­tin­u­ent : “Le préju­dice moral et financier des teufeur.euses est immense. Les cris de dés­espoir qu’on peut enten­dre dans les vidéos de ces moments sont des trag­iques preuves de la vio­lence des faits. Ces jeunes qui auront passé des années à économiser pour pou­voir obtenir le moyen d’ex­primer leurs tal­ents artis­tiques vont voir leurs efforts réduits en pous­sières en quelques dizaines de min­utes”. Le Col­lec­tif des musiques inter­dites fait appel à notre bon sens en créant une col­lecte afin de porter plainte con­tre le gouvernement.

Pour les soutenir, c’est ici.

 

(Vis­ité 6 520 fois)