Skip to main content
8 mars 2018

La réalisatrice Charlotte Abramow rend hommage à toutes les femmes en offrant un clip aux « Passantes » de Georges Brassens

par Clémence Meunier

« Je veux dédier ce poème / A toutes les femmes qu’on aime », chante Brassens en préambule de « Les Passantes », ce poème d’Antoine Pol qu’il a mis en musique 1972 dans son album Fernande. Un texte amoureux, une galerie de portraits féminins, mélancoliques parfois, poignants souvent, qui résonne forcément pas mal en cette Journée Internationale des droits des femmes. « Les Passantes » n’avait jamais eu le droit à son clip. C’est maintenant chose faite avec la réalisatrice Charlotte Abramow, déjà derrière les vidéos de « La Loi de Murphy » et « Je veux tes yeux » d’Angèle, sortant en ce 8 mars une série de tableaux esthétiques et engagés, représentant les femmes dans toutes leurs diversités. On y aperçoit Angèle, Marion Seclin, Alice Pfeiffer ou Claire Laffut, mais aussi beaucoup d’anonymes de tout âges, couleur de peau et corpulence. Non sans oublier la représentation la plus primaire et primal de la femme, via quelques vulves métaphoriques visibles en début et fin de vidéo – ainsi qu’une photo de groupe de fin, représentant des jeunes photographes, peintres ou comédien.ne.s, hommes ou femmes, qui s’engagent contre les discriminations. Et puis quelques moments de grâce : un oeil qui se ferme, un femme qui danse, une aide-soignante qui accompagne.

« J’ai imaginé cette vidéo comme un poème visuel. Une ode à la Femme, à sa liberté et à sa diversité », écrit Charlotte Abramow sur son compte Instagram. « Le féminisme est un combat de société pacifique qui nous lie, et non qui nous sépare. C’est un pas vers le vivre ensemble, la liberté, l’égalité et la tolérance. Nous sommes tous des êtres humains avant tout, et nous l’oublions parfois ». Pas mieux.

Visited 32 times, 1 visit(s) today