La réalisatrice Charlotte Abramow rend hommage à toutes les femmes en offrant un clip aux “Passantes” de Georges Brassens

Je veux dédi­er ce poème / A toutes les femmes qu’on aime”, chante Brassens en préam­bule de “Les Pas­santes”, ce poème d’Antoine Pol qu’il a mis en musique 1972 dans son album Fer­nande. Un texte amoureux, une galerie de por­traits féminins, mélan­col­iques par­fois, poignants sou­vent, qui résonne for­cé­ment pas mal en cette Journée Inter­na­tionale des droits des femmes. “Les Pas­santes” n’avait jamais eu le droit à son clip. C’est main­tenant chose faite avec la réal­isatrice Char­lotte Abramow, déjà der­rière les vidéos de “La Loi de Mur­phy” et “Je veux tes yeux” d’Angèle, sor­tant en ce 8 mars une série de tableaux esthé­tiques et engagés, représen­tant les femmes dans toutes leurs diver­sités. On y aperçoit Angèle, Mar­i­on Seclin, Alice Pfeif­fer ou Claire Laf­fut, mais aus­si beau­coup d’anonymes de tout âges, couleur de peau et cor­pu­lence. Non sans oubli­er la représen­ta­tion la plus pri­maire et pri­mal de la femme, via quelques vul­ves métaphoriques vis­i­bles en début et fin de vidéo — ain­si qu’une pho­to de groupe de fin, représen­tant des jeunes pho­tographes, pein­tres ou comédien.ne.s, hommes ou femmes, qui s’engagent con­tre les dis­crim­i­na­tions. Et puis quelques moments de grâce : un oeil qui se ferme, un femme qui danse, une aide‐soignante qui accom­pa­gne.

J’ai imag­iné cette vidéo comme un poème visuel. Une ode à la Femme, à sa lib­erté et à sa diver­sité”, écrit Char­lotte Abramow sur son compte Insta­gram. “Le fémin­isme est un com­bat de société paci­fique qui nous lie, et non qui nous sépare. C’est un pas vers le vivre ensem­ble, la lib­erté, l’égalité et la tolérance. Nous sommes tous des êtres humains avant tout, et nous l’oublions par­fois”. Pas mieux.

(Vis­ité 1 176 fois)