© DR

Schacke, november ultra, Tame Impala
 Les projets de la semaine đŸ’ż

Comme tous les ven­dredis, c’est jour de sor­ties ! Alors, ‑vous com­mencez Ă  avoir l’habitude- on se retrou­ve pour notre sĂ©lec­tion des pro­jets de la semaine. Et, on peut dĂ©jĂ  vous dire que c’est ‑trĂšs- Ă©clec­tique. Au pro­gramme : un nou­veau mantra de la part de Mama Told Ya Ă  tra­vers l’EP de Schacke, le pro­jet dansant de Kölsch et Kevin de Vries, deux unre­leased de Tame Impala qui ont plus de dix ans, une dose de dopamine avec le pre­mier album de Elha puis, une nou­velle plongĂ©e au cƓur du jour­nal intime de novem­ber ultra. Bonnes Ă©coutes !

 

Schacke — Looks are deceiving MTY009

“Les apparences sont trompeuses.” C’est le nou­veau mantra que Mama Told Ya a dĂ©cidĂ© de nous appren­dre Ă  tra­vers la onz­iĂšme sor­tie du label : le nou­v­el EP de Schacke Looks are deceiv­ing. Une fois de plus, les morceaux sont trĂšs imagĂ©s et illus­trent Ă  mer­veille le con­seil mis en valeur. À tra­vers des sonoritĂ©s tech­no assez dures, une dual­itĂ© entre har­monies et dis­so­nances chamaniques, un rum­ble con­stant, et la touche groovy com­mune aux autres artistes estampil­lĂ©s Mama Told Ya, Schacke racon­te une his­toire de dis­tor­sion de l’ñme. Ces qua­tre titres aux mul­ti­ples facettes sem­blent dĂ©crire Ă  quelle point la race humaine peut ĂȘtre pleine de mys­tĂšre : on ne con­naĂźt jamais entiĂšre­ment quelqu’un. Quant Ă  nous, notre cƓur chavire Ă  l’é­coute de “Micro­cos­mic heal­ing”, co-produit avec la mama elle-mĂȘme, Anetha.

 

Kölsch & Kevin de Vries — Gate / Masterplan

AprĂšs Tim Engel­hardt, Kölsch s’en­toure de Kevin de Vries pour dĂ©voil­er le deux-titres Gate / Mas­ter­plan sur son label IPSO. À l’é­coute “Gate” et “Mas­ter­plan” appa­rais­sent comme des tracks pure­ment club. Mais c’est bien plus pro­fond que cela. MĂȘme si les kicks sont plutĂŽt rĂ©guliers, pro­fonds, et que la basse sonne som­bre Kölsch et Kevin de Vries ajoutent leur empreinte tech­no mĂ©lodique Ă  tra­vers des syn­thĂ©s dansants, des ryth­miques catchies et des mĂ©lodies lanci­nantes. On aurait adorĂ© avoir plus de deux morceaux, en espĂ©rant qu’il sim­ple­ment s’ag­it d’amuse-bouches et que d’autres vont arriv­er rapi­de­ment jusqu’à nos oreilles.

 

Tame Impala — Lonerism (10 Year Anniversary Edition / Unreleased Demos) 

Loner­ism, le sec­ond album de Tame Impala a dix ans. Et comme tout musi­cien qui se respecte, le groupe nous avait cachĂ© des unre­leased. Ce sont des annĂ©es plus tard qu’il nous dĂ©voile “Reti­na Show” et “Side­tracked Sound­track”. La recette ? Celle du dĂ©but Ă©videm­ment. À l’é­coute, les deux titres sont un mĂ©tis­sage entre mĂ©lodies pop, soupçon de rock puis ambiances psy­chĂ©dĂ©liques dans la voix, les rĂ©ver­bĂ©ra­tions et les syn­thĂ©s analogiques. Si cette facette de Tame Impala vous man­quait, ces deux tracks sont faits pour vous.

 

Ehla — Pause

Pausecomme le prou­ve le tĂ©lĂ©viseur Ă  tube cathodique qui fait sa cov­er, c’est une cĂ©lĂ©bra­tion de l’esthé­tique rĂ©tro des annĂ©es 1990. Ce pre­mier album est une rĂ©us­site pour Ehla. En 11 titres, on sent qu’elle est libre. Libre de dire ce qu’elle veut dans ses chan­sons, de mĂ©langer habile­ment pop et sonoritĂ©s Ă©lec­tron­iques, de danser puis de chanter en plein Paris, d’in­viter des artistes qu’elle admire comme BRÖ
 Ehla fait ce qui lui plaĂźt. Elle a un ‘on-ne-sait-quoi’ de solaire et de spon­tanĂ©e dans sa voix. Coup de cƓur pour “L’au­tori­sa­tion” et ses rythmes breakĂ©s Ă  souhait.

 

november ultra — bedroom walls : le salon

En pro­posant une rĂ©Ă©di­tion de son pre­mier album bed­room walls novem­ber ultra con­tin­ue de nous ouvrir son jour­nal intime. AprĂšs avoir vis­itĂ© sa cham­bre, l’auteure-compositrice-interprĂšte nous emmĂšne au cƓur de son salon Ă  tra­vers sept nou­veau morceaux. Ces titres ont Ă©tĂ© en par­tie crĂ©Ă©s dans l’in­tim­itĂ© de son apparte­ment, et ça se sent. Il y a quelque chose de trĂšs Ă©mo­tion­nel dans sa voix et dans les thé­ma­tiques qu’elle abor­de. Notam­ment Ă  tra­vers le poignant “corazĂłn carame­lo” qui inter­roge les muta­tions du cƓur. RĂ©cem­ment, elle en livrait une inter­pré­ta­tion sub­lime et sans arti­fices chez COLORS. On a Ă©tĂ© touchĂ©s en plein corazĂłn.