Skip to main content
© Licence Unsplash
9 mars 2022

Spotify, Universal et Live Nation se retirent de Russie

par Guillaume Monnier

Près de deux semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le soutien du monde musical reste intact, chacun y va de son initiative solidaire pour aider au mieux les victimes du conflit.  Mais comment ont réagi les cadors de la musique (Spotify, Universal, Warner…), quelles mesures ont été prises ? On fait le point. 

Depuis le début du conflit, russes et alliés de l’Ukraine sont au cœur d’un bras de fer économique. Si des sanctions ont été mises en place par différents pays, il faut aussi de plus en plus prendre en considération les mesures restrictives appliquées par les grandes entreprises du secteur musical. Universal Music Group annonçait le 8 mars dernier, dans un communiqué : « Avec effet immédiat, nous suspendons toutes les activités en Russie et fermons tous nos bureaux. » Dans le même temps, le groupe réclamait aussi « la fin de la violence en Ukraine dès que possible ». Le groupe Sony Music a lui aussi suspendu ses opérations sur place. Leur homologue, Warner Music Group a témoigné son soutien au peuple ukrainien en réalisant des dons au Comité international de la Croix-Rouge.

 

À lire également
Le meilleur de la scène électro se réunit sur deux projets en soutien à l’Ukraine
Sur les réseaux, la scène électronique affiche son soutien à l’Ukraine

 

Sur le terrain face aux violences de l’armée russe, les entreprises de production de spectacles et de festivals prennent aussi leurs distances. Le big boss de la discipline, Live Nation (organisateur de Lollapalooza et du Main Square Festival en France pour ne citer qu’eux) annonçait sur Twitter le 2 mars l’annulation de tous concerts en Russie. À leur échelle, certains artistes et groupes comme Iggy Pop, Nick Cave, Green Day ou Franz Ferdinand ont annulé leurs dates. Même volonté chez les acteurs du streaming. Deezer a annoncé l’arrêt de ses activités sur le sol russe. Selon le Français, les sanctions économiques à l’encontre de la plateforme étaient trop fortes et l’empêchaient « de poursuivre l’exploitation » de son service. Le 2 mars toujours, le géant suédois Spotify marquait définitivement son soutien à l’Ukraine en quittant ses bureaux russes.

Hasard ou pas ? Dans la soirée du 8 mars, Spotify était bousculé par des problèmes de connexion en Europe. À noter qu’elle n’a pas été la seule victime de ces problèmes. La chaîne C8 et son émission Touche pas à mon poste, Netflix, YouTube ainsi que les messageries Discord et Whatsapp ont également rencontrés des difficultés de connexion. Dans le contexte actuel, la piste d’une cyberattaque russe est envisagée mais rien a encore été prouvée. En parallèle, Tik Tok annonçait le 6 mars via Twitter suspendre la création de nouvelles vidéos en Russie pour lutter contre la désinformation pendant que la Russie, elle bloquait l’accès à Facebook et restreignait Twitter sur son sol. Pas de doute, la bataille du numérique est lancée.

Visited 26 times, 1 visit(s) today