Skip to main content
20 mai 2020

Streaming et rémunération des artistes : Twitch exemple à suivre ?

par Arthus Vaillant

Durant le confinement, de nombreux artistes ont rejoint Twitch. Grâce à son système de rémunération, la plateforme permet aux acteurs de la musique de réduire leurs pertes malgré la crise. Le succès de la formule modifie les modèles de streaming musical.

Dans la mémoire collective, Twitch est une plateforme réservée aux gamers et à leur public, ayant permis à des joueurs comme Ninja de devenir des stars grâce à des jeux mainstream comme Fortnite. Toutefois, avec la pandémie, les artistes se sont de plus en plus intéressés à la plateformes et à ses avantages. En avril, selon un rapport publié par StreamElements et Arsenal.gg, 17 millions d’heures de streaming vidéo ont été diffusées sur Twitch via le canal « Musique et arts du spectacle ». Ce chiffre représente une hausse de 385% par rapport à la même période l’année passée.

Durant la pandémie, de nombreux artistes se sont exclamés pour demander aux plateformes de streaming de les rémunérer plus décemment. Face à la baisse de revenus due à l’annulation ou report de leurs dates depuis mars ainsi que la chute des ventes physiques, ils ont dû trouver un autre moyen pour survivre financièrement. Ils se sont alors rabattus sur Twitch, la plateforme offrant un moyen d’être rémunéré directement par le public grâce à des dons. Ce qui a déjà eu des répercussions sur d’autres plateformes, dont Spotify ou SoundCloud, qui ont développé leur propre système de collecte de fonds.

Le 2 avril, SoundCloud a en effet annoncé que les artistes pourraient désormais afficher des liens pour des plateformes de dons, comme Cash App ou PayPal, ou de charité sur leur profil. Peu de temps après, Spotify a annoncé la création de « Artist Fundraising Pick ». Une structure interne dont la fonction est similaire à celle de SoundCloud. Au premier trimestre, la plateforme suédoise annonçait qu’environ 50 000 artistes avaient participé à cette nouvelle initiative. Pour des résultats très variables selon un article de Vice, pour lequel 13 artistes étaient interrogés, et une exposition relativement faible au public. La plateforme ne réussit pour l’instant pas l’entreprise réalisée par Twitch, qui est de faire des dons une pratique normalisée.

Twitch a une approche plus moderne mais également plus équitable sur les revenus que touchent les artistes. Ceux liés aux abonnements sont partagés à parts égales entre l’artiste et la plateforme, tandis que pour les dons, 70% des revenus, vont directement à l’artiste. De plus, si les artistes se sont tournés vers Twitch, la stratégie mise en place par la plateforme n’y est pas anodine. Depuis quelques années, l’entreprise a recruté des spécialistes arrivés d’autres plateformes telles que Spotify pour affiner sa stratégie, dont Tracy Chan, ancien responsable de Spotify for Artists. Résultat : Twitch s’est un peu plus diversifiée et depuis trois ans, le contenu non lié aux jeux a été multiplié par quatre.

Contrairement aux autres plateformes, Twitch ne met pas en place qu’un simple système de dons. Son avantage  est de lier la possibilité de dons à des contenus en live exclusif. Ce système a eu une certaine influence sur les réseaux sociaux. À l’instar des Instagram Live très utilisés par les artistes durant le confinement, les lives sur twitch permettent de créer un lien plus vivant avec sa communauté. Facebook également propose cette fonctionnalité, qui a servi à diffuser le Maison Tsugi Festival. Le réseau social a annoncé qu’il serait bientôt possible pour les diffuseurs de rendre payant l’accès à ces lives. De son côté, la Sacem a déclaré que les concerts en live sur YouTube, Facebook ou Instagram seront prochainement rémunérés.

Si la pandémie ne vas pas durer éternellement, cette nouvelle forme de financement pour les artistes pourrait elle, on l’espère, perdurer autant pour ses avantages, que pour sa facilité d’accès et le lien qu’elle crée avec le public.

Visited 40 times, 1 visit(s) today