The Now Now”, le nouvel album de Gorillaz : notre chronique

Quoi déjà ? Oui, sur­prise, ce six­ième album du groupe imag­i­naire créé par le démi­urge Damon Albarn et le dessinateur/scénariste Jamie Hewlett débar­que moins d’un an après Humanz qui, lui, avait mis six ans avant d’être enfan­té. Alors salu­taire inspi­ra­tion boulim­ique ou sim­ple vidage de fond de tiroir? Sans doute un peu des deux. Au ray­on des sur­pris­es, il y a égale­ment la lec­ture du track­list­ing. Si le duo nous avait habitués à une liste d’invités longue comme la discogra­phie de l’ancien Blur, The Now Now, copro­duit par James Ford de Simi­an Mobile Dis­co, ne con­vie à son cast­ing que les seuls George Ben­son (sur le sin­gle “Humil­i­ty”), Snoop Dogg et Jamie Prin­ci­ple. Et encore, les deux derniers se croisent sur le même morceau, “Hol­ly­wood”. Mais on ne s’en plain­dra pas tant les par­tic­i­pa­tions mul­ti­ples de Humanz avaient ten­dance à diluer son pro­pos. Cette absence d’invités pos­sède tout de même un avan­tage sup­plé­men­taire: don­ner évidem­ment à ce disque un petit côté album solo de Damon Albarn. Sim­ple pop solaire au twist funky si on l’écoute d’une oreille dis­crète, The Now Now révèle des recoins beau­coup plus som­bres au bout des mul­ti­ples pas­sages. Une atmo­sphère au plus proche sans doute de l’âme de son prin­ci­pal géni­teur. Noir, c’est pas for­cé­ment noir.

En écoute :

Si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 1 438 fois)