Skip to main content
© Captures d'écran du clip "ATK"
8 septembre 2022

đŸŽ„ Un aller simple pour Lisbonne dans « ATK », le nouveau clip de Bonobo

par Bérénice Hourçourigaray

Le dernier son de Bonobo, « ATK » est un hymne Ă  la dance-music. Si vous non plus, vous n’arrivez pas Ă  vous remettre sur les rails de la rentrĂ©e, visionnez sans modĂ©ration le clip : un trip ferroviaire qui vous offre un dĂ©licieux moment d’Ă©vasion au Portugal.

À LIRE AUSSI : Inter[re]view : Apaisante et club, la formule Bonobo Ă©volue (un peu) et marche (toujours)

Pas besoin d’ĂȘtre un globe-trotteur pour avoir connu ça. On entre dans le train -souvent en sueur puisqu’on Ă©tait Ă  deux minutes de le louper- on se retrouve Ă©videmment dans le carrĂ© entre deux enfants qui ont dĂ©cidĂ© de s’affronter au Uno comme si leur vie en dĂ©pendait. Une seule solution s’offre Ă  nous : s’évader de ce monde miteux en enfonçant nos Ă©couteurs dans nos oreilles. Bonobo s’occupe de nous, de vous. Que ça soit un retour ou une entrĂ©e dans les vacances, son nouveau son « ATK » va vous mettre en joie. Il est sorti sur OUTLIER, label de l’artiste et sous-label de Ninja Tunes, son collaborateur et ami de longue date.

Chef de file du downtempo des annĂ©es 2000, l’Anglais Bonobo a su se dĂ©barrasser des clichĂ©s entourant cette musique pour tracer sa propre voie. Sans jamais se renier, il a Ă©voluĂ© disque aprĂšs disque, aboutissant Ă  son septiĂšme album Fragments, maĂźtrisĂ© et Ă©quilibrĂ©. « ATK » est issu des sessions d’enregistrement de cet album. Halte Ă  la mĂ©lancolie ! Un petit coup de flĂ»te et beaucoup de percussions sont lĂ  pour vous rappeler que la vie, c’est cool. Laissez votre tĂȘte tomber sur la vitre et regardez le paysage dĂ©filer sous vos yeux. Si votre 4G vous le permet, on vous conseille vivement de lancer le clip, rĂ©alisĂ© par les frĂšres McGloughlin. Ce nom vous dit quelque chose ? C’est normal. Ils ont dĂ©jĂ  collaborĂ© avec A$AP Rocky.

Cette vidĂ©o avance Ă  50 km et ce n’est clairement pas elle qui va vous aider Ă  vous remettre sur les rails de la rentrĂ©e. Ce n’est pas pour rien qu’on vous prend l’image du train depuis le dĂ©but de cet article : le clip nous catapulte Ă  la place passager d’un train Ă  grande vitesse. On y voit des rails, des villes des pigeons aussi et mĂȘme un peu de verdure ! De quoi vous aĂ©rer un peu -bande de Parisiens!- En commentaires, les gens se bataillent pour savoir quel pays traverse ce train. Mais les azulejos ne trompent pas, il s’agit bien du Portugal. On vous avoue qu’au bout de 3 minutes du clip, on commence Ă  avoir un chouille mal au cƓur. Mais c’est le prix pour voir de nouveaux horizons remplis de ruelles aux bĂątiments roses, d’art urbain acidulĂ© et de citronniers. Les rĂ©alisateurs expliquent : « Nous voulions crĂ©er un film minimal incarnant les idĂ©es de sĂ©rendipitĂ© et de perception, permettant au monde de se rĂ©vĂ©ler de maniĂšre inhabituelle et spontanĂ©e. Si vous avez dĂ©jĂ  regardĂ© par la fenĂȘtre d’un train pour voir les fils et les carreaux s’entrelacer et danser de maniĂšre magique, c’est, en substance, ce que nous voulions capturer dans notre film. Notre propre “zoetrope” vivant. » AccompagnĂ© du son entrainant de Bonobo, on n’a qu’une envie : sauter du train pour rejoindre les Portugais danser.

Visited 25 times, 1 visit(s) today