Kurt Cobain pour son MTV Unppluged

Un opéra sur les derniers jours de Kurt Cobain se prépare

Smells Like Travi­a­ta Spir­it. Les derniers jours de Kurt Cobain, leader charis­ma­tique de Nir­vana, vont devenir un opéra mon­té par la Roy­al Opera House de Lon­dres. Entre l’anti-héros iconique chef de file du grunge, et l’u­nivers de l’opéra, la liai­son sem­ble on ne peut plus inat­ten­due. Incom­pat­i­ble, dites-vous ?

Sobre­ment inti­t­ulé “Last Days” (“derniers jours” dans la langue de Steeve Estatof), l’opéra est com­posé par Olivi­er Lei­th et réal­isé à qua­tre mains par Cop­son et Anna Mor­ris­sey. Il sera présen­té au pub­lic dès octo­bre prochain. Il s’ag­it en fait d’une adap­ta­tion du film du même nom, réal­isé par Gus Van Sant, qui a d’ailleurs large­ment inspiré le dernier Bat­man avec Pat­tin­son. Artic­ulé autour du per­son­nage du jeune musi­cien Blake, led­it film sor­ti en 2005 était libre­ment inspiré des derniers jours de Kurt Cobain, décédé à 27 ans en 1994 après s’être suicidé.

 

À lire également
Le FBI a révélé des documents sur la mort de Kurt Cobain tenus secrets pendant 18 ans

 

À quoi s’at­ten­dre alors ? Bon, la Roy­al Opera House donne des élé­ments de réponse. L’opéra nous “plongera dans les tour­ments qui ont créé un mythe mod­erne” et présente un Blake (notre Kurt Cobain, on rap­pelle) “han­té par des objets, des vis­i­teurs et des sou­venirs qui ne font que le dévi­er de son vrai but : l’auto-destruction”.

Le com­pos­i­teur Olivi­er Lei­th s’est défi­ni comme un “énorme fan de Nir­vana, dont la musique a bercé l’ado­les­cence […] La musique que je fais aujour­d’hui doit beau­coup au grunge de cette époque”. Qu’on se ras­sure donc, der­rière ce demi-fanatisme se cache la cer­ti­tude que cet opéra sur Kurt Cobain ne se trans­formera pas en mas­ca­rade. On n’est même pas à l’abri d’une ‑très- bonne surprise.

(Vis­ité 156 fois)