©David HUGONOT-PETIT

Vitalic : 20 ans de carrière dans un coffret collector numéroté et dédicacé

Deux décen­nies déjà que Pas­cal Arbez-Nicolas arpente la scène élec­tron­ique sous son pseu­do Vital­ic. Cela jus­ti­fie bien la paru­tion le 23 octo­bre prochain d’un cof­fret vinyle col­lec­tor.

On peut tou­jours chipot­er que Pas­cal a fait ses pre­miers pas sous influ­ence élec­tron­ique dès 1996 avec son pseu­do (récem­ment réac­tivé) Dima. Mais c’est bien en 2000 que le nom de Vital­ic appa­raît dans le cir­cuit – enfin, dans le DJ booth d’un club – parce que discographique­ment par­lant, la pre­mière sor­tie du Dijon­nais date du (soyons pré­cis) 5 octo­bre 2001 avec le fameux Poney EP paru sur le label Inter­na­tion­al Dee­jay Gigo­lo, cher à DJ Hell. Un clas­sique insur­pass­able mêlant une influ­ence tech­no avec une énergie quasi-punk. Depuis, Vital­ic a tou­jours été le sym­bole d’une musique élec­tron­ique rugis­sante tail­lée pour sec­ouer l’auditeur et faire pogot­er le danseur, en nous bal­ançant au fil de ses qua­tre albums des tueries dénom­més “My Friend Dario”, “Sta­mi­na”, ou “No Fun”. Même si son dernier disque en date, l’excellent Voy­ager (2017) et pos­si­ble­ment son meilleur – en tout cas son plus per­son­nel – affichait une tonal­ité plus pop, mi-disco, mi-coldwave.

Le cof­fret col­lec­tor des 20 ans de Vital­ic

On retrou­ve toutes ces pépites, et bien d’autres encore, sur le copieux cof­fret qui souf­fle les bou­gies de la tra­jec­toire sin­gulière de cet élec­tron libre. Mais il faut se dépêch­er puisque seuls cinq cents chanceux pour­ront met­tre la main sur ces exem­plaires numérotés et dédi­cacés de la main de l’auteur, agré­men­tés d’un poster.

Dans le détail, les deux pre­miers vinyles sont con­sacrés à ses remix­es dont son tout pre­mier, “Fadin’ Away” pour The Hack­er. Un exer­ci­ce que le pro­duc­teur manie avec tal­ent et quelque soit le style. Puisqu’il s’est per­mis depuis vingt ans de remix­er aus­si bien son héros d’enfance Jean-Michel Jarre (“La Cage”) qu’É­ti­enne Daho (“Le Jardin”) ou Björk (“Who is It”) et Daft Punk (“Tech­nol­o­gy”, peut-être meilleur que l’original).

Les trois autres dis­ques com­posent une sorte de fil rouge à l’allure de best of discographique qui n’oublie pas les max­is (l’excellent “Ooey” ou “Tu Con­mi­go feat. La Bien Queri­da”) et les raretés (“Mor­bido” tiré de la BO du film The Leg­end of Kas­par Hauser).

Mais ce n’est pas fini. Tel Willy Won­ka, Vital­ic a glis­sé quelques tick­ets d’or dans son cof­fret : 15 don­neront accès à une soirée évène­ment 20 ans et cinq se ver­ront offrir l’entrée à vie aux con­certs de Vital­ic (hors fes­ti­vals et soirées privées). Un mec généreux ! Pour celles et ceux qui n’auront pas à réus­si à chop­er ce cof­fret col­lec­tor, il fau­dra patien­ter jusqu’au début 2021 pour le prochain “vrai” album de Vital­ic. Si tout va bien. On croise les doigts.

Pré-commande ici

(Vis­ité 4 502 fois)