Skip to main content
©R Bassenne
6 octobre 2020

We Love Green repense le festival de demain et s’engage dans un grand projet européen

par Léonie Ruellan

Le festival parisien We Love Green s’associe à trois festivals européens et deux ONG dans le projet Green Europe Experience alias GEX, qui entend « créer un futur durable et désirable pour les festivals ».

Dès sa première édition en 2011, We Love Green s’est imposé comme un festival plaçant l’éco-responsabilité au cœur de l’évènement, n’ayant pas choisi son nom au hasard. Avec le projet GEX, le festival va plus loin et s’engage dans une réflexion collective autour de l’avenir de l’évènementiel face au réchauffement climatique. « We Love Green fait partie depuis plusieurs années du réseau de festivals européens Yourope qui se préoccupe, entre autres, des questions environnementales. Le projet GEX a été initié avec des partenaires qui partageaient nos valeurs », nous explique Marie de La Giraudière, cheffe du projet chez We Love Green.

Le projet réunit les festivals Boom (Portugal), Dour (Belgique), Pohoda (Slovaquie) et les ONG Go Group et A Greener Festival. Son objectif : intégrer complètement à l’organisation des festivals, et en particulier à la scénographie et la restauration, l’économie circulaire et ses sept principes :

  1. l’optimisation de la fabrication d’un produit
  2. l’approvisionnement durable
  3. l’exploitation efficace des ressources d’un territoire
  4. le réemploi
  5. la réparation
  6. la réutilisation de certains composants
  7. le recyclage des matières premières

« La restauration représente une empreinte carbone importante sur un événement, mais c’est aussi un bon vecteur de communication de valeurs : la nourriture, ça parle à tout le monde. Manger mieux peut être le premier pas d’un festivalier vers des habitudes plus écologiques. On promeut une restauration de saison, bio et locale. Quant à la scénographie, c’est l’image d’un festival et un espace d’expression idéal pour susciter la curiosité. C’est donc un moyen efficace pour faire passer des messages, notamment pour expliquer de manière simple et ludique ce qu’est l’économie circulaire. »

Concrètement, comment faire

Comment les membres du GEX comptent-ils s’y prendre pour atteindre leurs objectifs ? Pour commencer, des workshops seront organisés dès les prochaines éditions, en 2021 : « Chaque festival va dédier un workshop à la scénographie en 2021, ensuite en 2022, ce sera sur la restauration. On y intégrera la participation active d’étudiants. Ces workshops serviront à nourrir la réflexion et la recherche de solutions : ensuite, l’idée est d’écrire un manuel expliquant comment mettre en place une scénographie et une restauration éco-circulaires, puis disséminer ce guide au plus grand nombre, afin qu’il serve à sensibiliser les publics mais aussi les prestataires, les fournisseurs et les autres festivals et évènements. »

« Sensibiliser les publics mais aussi les prestataires, les fournisseurs et les autres festivals et évènements. »

D’autres actions sont à prévoir, mais il reviendra à chaque festival de les personnaliser selon ses besoins : We Love Green et Boom étant plus avancés que Pohoda et Dour sur les questions environnementales, les défis ne sont pas tout à fait les mêmes.

Une conférence dédiée au projet GEX aura lieu le vendredi 16 octobre au MaMA festival réservé aux professionnel·es de la filière musicale, mais elle sera retransmise en direct sur welovegreen.tv.

Visited 41 times, 1 visit(s) today