Skip to main content
© Sarah Fröwis
5 mars 2024

PORTRAIT | Blame The Mono, des machines et des voix

par Olivia Beaussier

Des boucles trances, des basses quasi-dubstep et surtout, une énergie techno qui se fait à deux. Focus sur le duo Blame The Mono qui sort son nouvel EP le 8 mars.

Une nuit au studio, Sean et Baptiste s’efforçaient désespérément de mixer une reverb, avant de se rendre compte que le morceau était en mono sound, impossible donc d’avoir un son stereo. Ainsi est né Blame The Mono. On ajoutera que Sean est également moniteur de ski, donc mono (n’y voyez pas de coïncidence). Les deux Français, amis d’origine, ont déménagé à Berlin pour leurs études. Puis vous connaissez la chanson : au contact des clubs berlinois et de l’ambiance électronique de la ville, quelques années plus tard, les deux se lançaient dans une carrière musicale.

Blame The Mono

©Sarah Fröwis

Blame The Mono, faire parler leurs machines

Les Blame The Mono (ou BTM) respectent les codes traditionnels, voire « élitistes » de la techno (ce sont eux qui nous le disent) mais ne confinent pas leur art à un seul style. Sean touche au côté software et aux machines, tandis que Baptiste va essayer de dompter les synthés et boîtes à rythme. Sur un squelette classique, dansant, « catchy » on voit apparaître des basses de dubstep, des parties breakées, des moments plus sombres, ou même des sonorités EBM. Mais chez BTM ce qu’on retient surtout, ce sont les vocaux.

Les vocaux sont devenus leur marque de fabrique. Qu’il s’agisse de samples de hip hop, ou d’un chanteur, les voix sont découpées, modifiées, tournées dans tous les sens jusqu’à en devenir méconnaissables. Ces vocaux n’ont plus rien d’humains, ils deviennent alors une part des machines.

Pour se faire connaître, les deux producteurs en herbe y sont allés d’une manière « un peu plus oldschool. On allait chercher les artistes à la fin de leur set pour leur passer une clé USB avec nos enregistrements « . Après plusieurs EPs, dont le dernier London Accent sorti le 15 janvier, le duo sort Talkative Tools le 8 mars sur le label Involve Records. Lors de notre appel, on a ressenti l’excitation des Français d’être signés sur ce label emblématique, qui a ouvert les possibilités stylistiques des musiques électroniques. Baptiste nous racontait : « un des premiers vinyles qui nous a fait commencer la musique était d’Involve, et maintenant c’est à notre tour ».

Blame The Mono

©Alexandre Quillard

Sur ce nouvel EP, les DJ-producteurs varient entre des sonorités minimalistes, et des vocaux qui prennent de plus en plus possession de leur musique. Dans « Dump the Dealer », une voix se répète et se fond dans la masse jusqu’à devenir un son à part entière. Le duo renoue avec leurs influences rap et rock, tout en explorant une nouvelle approche de leur musique. Entre bangers qui font bien taper du pied et une techno plus minimaliste, on vous avait prévenu, Blame The Mono ne se confine pas à un seul style.

 

À lire aussi sur tsugi.fr : LIVE REPORT | LB aka LABAT, all night long au Trabendo

 

Dans la série de romans de Stephen King La Tour Sombre, Blaine the Mono est un train conduit par une intelligence artificielle, finissant par se retourner contre l’humanité. Les machines de Blame The Mono elles, parlent. Si on en suit la logique, finiront-elles par prendre le contrôle sur leurs créateurs ? Avant que cela n’arrive, on vous conseille fortement d’écouter le duo français.

Et surtout, Stay Stereo !

Visited 359 times, 1 visit(s) today