Skip to main content
Crédit : Victor Pattyn
29 mars 2019

Ca sort aujourd’hui : vendredi 29 mars

par Victor Goury-Laffont

C’est vendredi, c’est jour de sortie ! Vu qu’il est parfois difficile de s’y retrouver avec tous les disques qui sortent chaque semaine, Tsugi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélection de galettes – LPs et EPs confondus – qui viennent de paraître et qui nous font vraiment envie : voici donc de quoi accompagner votre week-end avec l’electro-folk de Martin Mey, la house éclatante de DC Salas, celle plus chaleureuse de Guti et Catz ‘n Dogz, la space disco de Gods Of Venus et l’EP caverneux de Remove The Object.

Martin Mey – Words (Without) [Internexterne]

« Electro-folk ». Un qualificatif inhabituel mais qui semble décrire adéquatement le style de Martin Mey. L’artiste révèle aujourd’hui Words (Without), un second album où il mêle une fois encore productions électroniques planantes et notes douces de piano, compositions instrumentales et chants saisissants, optimisme et mélancolie… Une offre complète synthétisée en 11 titres. Et pour les convaincus, Martin Mey se produira à la Boule Noire (Paris), le 15 mai pour célébrer l’arrivée de ce nouveau disque. Toutes les informations sont à retrouver ici.

DC Salas – Indecisive [KuratedBy Records]

Des nouvelles du côté de Bruxelles. DC Salas est de retour avec Indecisive, un nouvel EP contenant basses acides, percussions surpuissantes et nappes de synthétiseurs atmosphériques. Une oeuvre électronique complète aux tons optimistes et qui offre une house festive et prête pour le dancefloor. Mais ce n’est pas tout : le producteur belge voit un de ses morceaux repassé par nul autre que Fort Romeau, lui aussi une figure importante du style. Initialement crue et fracassant, « 10401800 » se transforme en un titre deep house envoûtant avec la patte du fameux musicien anglais.

Guti – The Year Of The Conga [Cuttin’ Headz]

L’année de la house percussive ? Dans son nouvel album, Guti prend en tout cas le temps de célébrer The Year Of The Conga, offrant un retour aux sonorités de son Argentine native. Groovy au possible, le disque livre des titres clubesques sans pour autant être glacial. Au contraire, le musicien fait appel à des samples récoltés lors de son voyage en République Dominicaine, l’année dernière. Le beau temps commence à revenir, mais Guti nous envoie déjà en été.

Catz ‘n Dogz — Friendship [Pets Recordings]

Friendship. Un nom choisi avec soin pour illustrer l’amitié entre Greg et Voitek, les deux producteurs polonais derrière Catz ‘n Dogz. Pour leur quatrième album studio, ils nous proposent une house chaleureuse aux inspirations multiples. D’un côté, les cuivres de « Last Song For Berlin » apportent au disque une coloration jazz , de l’autre, le chant autotuné de « Yi Fang » penche davantage vers la pop moderne. Côté collaborations, le disque réunit de nombreux invités comme Kiddy Smile et Rouge Mary sur « One Plus You », Whomadewho sur « Never Go Down » ou encore James Yuill sur « There ».

Gods Of Venus — Destiny [Enchanté Records]

C’est la touche disco de ce « ça sort aujourd’hui ». Pour son premier EP, Gods Of Venus ravive l’esprit de la musique électronique française des années 70 en faisant planer l’ombre de Cerrone ou de Jean-Michel Jarre sur ces morceaux. Mais ses inspirations ne s’arrêtent pas là et puisent également dans la french touch 90’s. Le morceau homonyme « Destiny », porté par la voix du crooner suédois Jay Jay Johanson accueille en effet une ligne de basse sensuelle dont le rythme et les notes rappelleront le cultissime « Sexy Boy » de Air. Dans la foulée, un EP de remixes devraient suivre en mai.

Remove The Object — Words Fail / Rise Again [Skint Records]

Richard Barratt – alias Remove The Object – n’en est pas à son coup d’essai. Au début des années 90, il signe quelques morceaux sur le label Warp au sein du groupe Sweet Exorcist. Il passera également par la case DFA Records sous le pseudonyme Crooked Man. Aujourd’hui, l’artiste livre un nouvel EP sur Skint Records. Au programme : des productions sombres et minimalistes aux basses caverneuses, portées par les samples d’une voix féminine écorchée.

Visited 27 times, 1 visit(s) today