Crédit : Collier Shorr

Ça sort aujourd’hui : vendredi 14 décembre

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week‐end avec la tech­no ambi­ent de Luke Slater, la syn­th­pop de Char­lotte Gains­bourg, l’éclectique EP de Maya Jane Coles, la house hyper‐mélodique de Miss­ing Let­ters, le maxi clubbesque de Mag­dale­na, et la musique de gam­ing signée Suna.

The 7th Plain — Chronicles II & III [A‐TON]

Pas de plans pour ce soir ? Ça tombe bien, Luke Slater, alias The 7th Plain, alias Plan­e­tary Assault Sys­tems, vous pro­pose 16 nou­veaux morceaux pour vous occu­per. Sor­tis sur A‐TON, sous‐label d’Ostgut TonChron­i­cles II et Chron­i­cles III font suite à l’album du même nom sor­ti en 2016. Chron­i­cles, pre­mier de la trilo­gie était aus­si syn­onyme du lance­ment d’A-TON. Affil­ié à la mai­son de dis­ques du Berghain, le label cherche à pro­mou­voir la tech­no ambi­ent et alter­na­tive. L’occasion pour l’artiste bri­tan­nique de raviv­er le pseu­do­nyme The 7th Plain, porté dis­paru depuis les années 90. Deux ans après, il revient avec deux nou­veaux long‐format, puisant une fois de plus dans ses anciens pro­jets, pub­liés ou non. “Sil­ver Shin­hook”, pre­mier titre de Chron­i­cles IIdéfinit les élé­ments essen­tiels retrou­vés à tra­vers le disque : pads éthérés, arpé­gia­teurs et breaks. Ici et là, Slater pro­pose des morceaux plus pure­ment ambi­ent, à la Tan­ger­ine Dream, notam­ment avec “I Think I Think Too Much” et “Excalibur’s Radar”. Les trois Chron­i­cles sont doré­na­vant disponibles à l’achat dans un cof­fret vinyle. Une bonne idée de cadeau à l’approche des fêtes.

Les trois albums à écouter ici :

Missing Letters — Time (Stand Still) [Missing Letters]

Mar­quant le lance­ment de leur nou­veau label, les pro­duc­teurs sué­dois Kim­chii et Fredrik Stjärne pub­lient Time (Stand Still), pre­mier EP sous le nom Miss­ing Let­ters. Atten­tion cepen­dant, ce n’est pas une pre­mière col­lab­o­ra­tion pour les deux artistes. Plus tôt dans l’année, les musi­ciens tra­vail­laient déjà ensem­ble. A cette époque pas du tout loin­taine, le duo se fai­sait appel­er Frang­ie et livrait un EP du même nom. Change­ment de nom n’équivaut pas for­cé­ment à change­ment d’identité : leur house aux influ­ences dis­co demeure fes­tive et mélodique. L’univers musi­cal des Sué­dois se rap­proche de celui de leurs com­pa­tri­otes Baba Stiltz et Kornél Kovàcs, fig­ures de proues de la scène élec­tron­ique scan­di­nave. Le groupe emploie un mode de pro­duc­tion hybride, avec sam­plers, syn­thés et boîtes à rythmes mais aus­si gui­tares, bass­es et chants. Résul­tat : un EP per­cu­tant et agréable d’écoute, que ce soit pour danser ou se déten­dre.

Maya Jane Coles — Waves & Whirlwinds [I/AM/ME]

Entre deep house et bass music, Maya Jane Coles offre une syn­thèse intéres­sante de la musique élec­tron­ique lon­doni­enne des dix dernières années. Révélée en 2010 avec son morceau “What They Say”, l’artiste britannico‐japonaise est déjà con­fort­able­ment instal­lée dans le paysage musi­cal. Elle revient aujourd’hui avec Waves & Whirl­winds, EP sor­ti sur son pro­pre label, I/AM/ME. Le son club de la pro­duc­trice est enrichi par des influ­ences dub­step et UK garage, entre lignes de bass­es puis­santes et syn­copes ryth­miques. Des sonorités retrou­vées d’habitude sur les titres signés Noc­tur­nal Sun­shine, pro­jet par­al­lèle de la musi­ci­enne. Un mélange des gen­res très bien réus­si.

Magdalena — Wildlife [Rebellion]

Wildlife mar­que le retour de Mag­dale­na. Après avoir affir­mé son style sur Diy­nam­ic, l’Allemande est chaleureuse­ment accueil­lie sur Rebel­lion, divi­sion du label Crosstown Rebels de Dami­an Lazarus. Fidèles à ses récentes pro­duc­tions, les trois pistes explorent une tech­no douce et mélodique. “Lizard” est un titre qu’on imag­ine joué au petit matin, droit et tacheté de lumières. De son côté, “Ele­phantz” est chaloupé et légère­ment plus sen­suel tan­dis que le dark “Bear’s Back” con­clue le disque sur une note mys­térieuse. Des titres davan­tage pen­sés pour les clubs que pour l’écoute domes­tique :

Suna — Surprise Surprise [PIAS]

On vous présen­tait Suna il y a quelques temps dans notre Tsu­gi Dai­ly. Aujourd’hui ça y est, c’est le coup d’envoi de Sur­prise Sur­prise, un maxi de chill wave, de UK house et même de pop. Le coup de coeur s’appelle “Coeur Coeur” — sans mau­vais jeu de mot — et témoigne de l’influence des jeux vidéo sur la musique d’Antoine Eynius. On nous dit qu’il est bercé par Halo et Need For Speed et sa musique le con­firme. Plus loin on (re) décou­vre “Noir”, doux et cha­grin, à contre‐courant des autres titres, qui s’avère être une reprise de son précé­dent morceau “Grey” en duo avec la chanteuse Astrid. Un EP encour­ageant pour son futur album prévu pour 2019.

Charlotte Gainsbourg — Take 2 [Because Music]

Après “Such a Remark­able Day” sor­ti il y a quelques jours, Char­lotte Gains­bourg dévoile deux inédits et deux morceaux live. L’EP est une exten­sion de son album Rest, paru l’année dernière. On retrou­ve le tra­vail d’orfèvre de Sebas­t­iAn tout du long sur cette face B réjouis­sante. Côtés repris­es, “Dead­ly Valen­tine (Live)” trans­forme la ver­sion stu­dio en tube 80’s éner­gisant tan­dis que “Run­away (Live)” adoucit le titre orig­i­nal de Kanye West extrait de My Beau­ti­ful Dark Twist­ed Fan­tasy. C’est frais, som­bre et dansant à la fois. Du coup, on espère que les chemins de la chanteuse et de Sebas­t­iAn se crois­eront de nou­veau tant leur duo fonc­tionne.

(Vis­ité 822 fois)