Skip to main content
Crédit : Collier Shorr
14 décembre 2018

Ça sort aujourd’hui : vendredi 14 décembre

par Victor Goury-Laffont

C’est vendredi, c’est jour de sortie ! Vu qu’il est parfois difficile de s’y retrouver avec tous les disques qui sortent chaque semaine, Tsugi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélection de galettes – LPs et EPs confondus – qui viennent de paraître et qui nous font vraiment envie : c’est le “ça sort aujourd’hui”. Voici donc de quoi accompagner votre week‐end avec la techno ambient de Luke Slater, la synthpop de Charlotte Gainsbourg, l’éclectique EP de Maya Jane Coles, la house hyper-mélodique de Missing Letters, le maxi clubbesque de Magdalena, et la musique de gaming signée Suna.

The 7th Plain – Chronicles II & III [A-TON]

Pas de plans pour ce soir ? Ça tombe bien, Luke Slater, alias The 7th Plain, alias Planetary Assault Systems, vous propose 16 nouveaux morceaux pour vous occuper. Sortis sur A-TON, sous-label d’Ostgut TonChronicles II et Chronicles III font suite à l’album du même nom sorti en 2016. Chronicles, premier de la trilogie était aussi synonyme du lancement d’A-TON. Affilié à la maison de disques du Berghain, le label cherche à promouvoir la techno ambient et alternative. L’occasion pour l’artiste britannique de raviver le pseudonyme The 7th Plain, porté disparu depuis les années 90. Deux ans après, il revient avec deux nouveaux long-format, puisant une fois de plus dans ses anciens projets, publiés ou non. « Silver Shinhook », premier titre de Chronicles II, définit les éléments essentiels retrouvés à travers le disque : pads éthérés, arpégiateurs et breaks. Ici et là, Slater propose des morceaux plus purement ambient, à la Tangerine Dream, notamment avec « I Think I Think Too Much » et « Excalibur’s Radar ». Les trois Chronicles sont dorénavant disponibles à l’achat dans un coffret vinyle. Une bonne idée de cadeau à l’approche des fêtes.

Les trois albums à écouter ici :

Missing Letters – Time (Stand Still) [Missing Letters]

Marquant le lancement de leur nouveau label, les producteurs suédois Kimchii et Fredrik Stjärne publient Time (Stand Still), premier EP sous le nom Missing Letters. Attention cependant, ce n’est pas une première collaboration pour les deux artistes. Plus tôt dans l’année, les musiciens travaillaient déjà ensemble. A cette époque pas du tout lointaine, le duo se faisait appeler Frangie et livrait un EP du même nom. Changement de nom n’équivaut pas forcément à changement d’identité : leur house aux influences disco demeure festive et mélodique. L’univers musical des Suédois se rapproche de celui de leurs compatriotes Baba Stiltz et Kornél Kovàcs, figures de proues de la scène électronique scandinave. Le groupe emploie un mode de production hybride, avec samplers, synthés et boîtes à rythmes mais aussi guitares, basses et chants. Résultat : un EP percutant et agréable d’écoute, que ce soit pour danser ou se détendre.

Maya Jane Coles – Waves & Whirlwinds [I/AM/ME]

Entre deep house et bass music, Maya Jane Coles offre une synthèse intéressante de la musique électronique londonienne des dix dernières années. Révélée en 2010 avec son morceau « What They Say », l’artiste britannico-japonaise est déjà confortablement installée dans le paysage musical. Elle revient aujourd’hui avec Waves & Whirlwinds, EP sorti sur son propre label, I/AM/ME. Le son club de la productrice est enrichi par des influences dubstep et UK garage, entre lignes de basses puissantes et syncopes rythmiques. Des sonorités retrouvées d’habitude sur les titres signés Nocturnal Sunshine, projet parallèle de la musicienne. Un mélange des genres très bien réussi.

Magdalena – Wildlife [Rebellion]

Wildlife marque le retour de Magdalena. Après avoir affirmé son style sur Diynamic, l’Allemande est chaleureusement accueillie sur Rebellion, division du label Crosstown Rebels de Damian Lazarus. Fidèles à ses récentes productions, les trois pistes explorent une techno douce et mélodique. « Lizard » est un titre qu’on imagine joué au petit matin, droit et tacheté de lumières. De son côté, « Elephantz » est chaloupé et légèrement plus sensuel tandis que le dark « Bear’s Back » conclue le disque sur une note mystérieuse. Des titres davantage pensés pour les clubs que pour l’écoute domestique :

Suna – Surprise Surprise [PIAS]

On vous présentait Suna il y a quelques temps dans notre Tsugi Daily. Aujourd’hui ça y est, c’est le coup d’envoi de Surprise Surprise, un maxi de chill wave, de UK house et même de pop. Le coup de coeur s’appelle « Coeur Coeur » – sans mauvais jeu de mot – et témoigne de l’influence des jeux vidéo sur la musique d’Antoine Eynius. On nous dit qu’il est bercé par Halo et Need For Speed et sa musique le confirme. Plus loin on (re) découvre « Noir », doux et chagrin, à contre-courant des autres titres, qui s’avère être une reprise de son précédent morceau « Grey » en duo avec la chanteuse Astrid. Un EP encourageant pour son futur album prévu pour 2019.

Charlotte Gainsbourg – Take 2 [Because Music]

Après « Such a Remarkable Day » sorti il y a quelques jours, Charlotte Gainsbourg dévoile deux inédits et deux morceaux live. L’EP est une extension de son album Rest, paru l’année dernière. On retrouve le travail d’orfèvre de SebastiAn tout du long sur cette face B réjouissante. Côtés reprises, « Deadly Valentine (Live) » transforme la version studio en tube 80’s énergisant tandis que « Runaway (Live) » adoucit le titre original de Kanye West extrait de My Beautiful Dark Twisted Fantasy. C’est frais, sombre et dansant à la fois. Du coup, on espère que les chemins de la chanteuse et de SebastiAn se croiseront de nouveau tant leur duo fonctionne.

Visited 28 times, 1 visit(s) today