En écoute : “Who Else”, le nouvel album de Modeselektor

Deux ans de pré­pa­ra­tion et un mois de réal­i­sa­tion. Mod­e­se­lek­tor aura atten­du longtemps pour au final com­pléter ce nou­v­el album très rapi­de­ment. Who Else arrive aujour­d’hui via Mon­key­town Records. Huit titres, à peine une demi-heure d’é­coute : les Berli­nois n’ont pas fait dans la durée ou la fior­i­t­ure. Plutôt, ils ont préféré rester explosif d’un bout à l’autre, nous en met­tant au pas­sage plein la fig­ure.

Man­i­feste­ment, le pro­jet Mod­er­at n’est pour l’heure plus d’ac­tu­al­ité. Who Else n’a qua­si­ment rien à voir avec III, dernier disque de ce groupe que for­maient Mod­e­se­lek­tor avec Appa­rat (qui, recom­mence lui aus­si à se pro­duire en solo). Côté plus : le duo se défait d’une ten­dance qu’avait le col­lec­tif musi­cal à pro­pos­er une pop gen­tille et un peu facile. Côté moins : les Berli­nois tombent par­fois dans une autre forme de facil­ité, optant par principe pour des sonorités abra­sives même lorsque cela se fait au détri­ment du morceau, comme sur le titre “Who” avec Tom­my Cash.

Mais c’est à par­tir de ce titre — qui inter­vient à mi-chemin — que Mod­e­se­lek­tor effectue un qua­si sans-fautes. Se suiv­ent qua­tre titres à la croisée de la tech­no et de l’IDM. “WMF Love Song” et “I Am Your God” sont tous les deux le genre de morceaux sur­voltés qui télé­por­tent instan­ta­né­ment en plein coeur de rave, tan­dis que “Fen­tanyl” offre quelques notes de bass­es vibrantes façon dub­step et “Wake Me Up When It’s Over” con­cen­tre amen breaks, glitch et voix auto-tunée dans un bazar magis­trale­ment orchestré. Ni fea­tur­ings, ni col­lab­o­ra­tion avec Appa­rat, et c’est juste­ment là que la force de Mod­e­se­lek­tor ressort le plus.

Ecoutez Who Else :

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy : 

(Vis­ité 1 991 fois)