© Niko203

Francky Vincent nommé chevalier des Arts et des Lettres

Cer­taines infos sont dures à envis­ager et à digér­er. Vous avez bien lu : Francky Vin­cent, auteur du trop célèbre “Fruit de la pas­sion” ou encore de “Alice ça glisse” et autres “Tu veux mon zizi” vient d’être nom­mé cheva­lier des Arts et des Lettres. 

C’est la pre­mière déco­ra­tion hon­ori­fique reçue par Francky Vin­cent. L’artiste de Point-à-Pitre (Guade­loupe) rejoint les 450 pro­mus au rang de Cheva­lier des Arts et des Let­tres chaque année. Oui, ça sonne assez mal. Tout au long de sa car­rière, le chanteur Francky Vin­cent a tou­jours revendiqué un ton léger et des paroles grivois­es, volon­taire­ment directes voire ‘lour­dass­es’. C’est sym­pa pour l’am­biance en soirée, ça fait rigol­er quelques copains avinés, mais ça s’ar­rête là. On n’est pas for­cé­ment oblig­és de lui décern­er une récom­pense cen­sée recon­naître “le ray­on­nement des arts et des let­tres en France et dans le monde” et accordée par le Min­istère de la Cul­ture” ou “à récom­penser les per­son­nes qui se sont dis­tin­guées par leurs créa­tions dans le domaine artis­tique ou lit­téraire”. Si ?

Il com­mence la musique à 18 ans en inté­grant Tabou n°2, petit groupe de la ban­lieue pon­toise, en tant que per­cus­sion­iste. Six ans plus tard il se lance en solo, écrit son pre­mier album de chan­sons grivois­es. Le disque, ven­du sous le man­teau, s’é­coule à 50 000 exem­plaires. Mal­gré une inter­dic­tion d’an­tenne en Guade­loupe, il plaît aux touristes puis au niveau nation­al. Son suc­cès va se faire, dans les années 80 mais surtout dans les années 1990, autour de plusieurs tubes : les fameux “Alice ça glisse” et “Fruit de la pas­sion”. Suiv­ront bien­tôt des chan­sons au titre élo­quent : “Caca poule” ou encore “Tu veux mon zizi”. On vous con­seille égale­ment son titre “Le Restau­rant”, où Francky Vin­cent règle ses comptes de manière très directe (en témoigne son “Bande de mal­pro­pres!”).

Ses derniers faits d’arme musi­caux ? Un album com­mun avec Eve Angeli sobre­ment inti­t­ulé Le binôme du siè­cle en 2018 (extrait au-dessus), puis un album de repris­es en 2019 où on retrou­ve ses ver­sions de “Yaka dan­sé”, “Sans chemise sans pan­talon” et “La chat­te à la voi­sine”… Oui, en 2019. Ah si, en jan­vi­er 2022 il a sor­ti “Éteins la lumière” avec le rappeur Alkpote. En tout cas, félic­i­ta­tions à lui pour cette récom­pense honorifique !

 

À lire sur Tsugi.fr : La pire playlist du monde
(Vis­ité 3 718 fois)