Skip to main content
©@le_becs75 via Instagram @front_electronique
19 juin 2024

Front Électronique : les musiques et la nuit contre le RN

par Olivia Beaussier

Les musiques électroniques répondent à l’appel, et appellent à leur tour à une mobilisation massive. Pour contrer le Rassemblement National et s’unir avec le Nouveau Front Populaire, apparaît le Front Électronique. Tribune à signer, soirées, talks, live-streams, VA… On se parle de cette résistance musicale et électronique.

« Les musiques électroniques et les valeurs de liberté, d’inclusion, de partage, et de solidarité qu’elle véhicule vont à l’encontre des idées de l’extrême droite » écrit le Front Électronique sur ses réseaux sociaux. Le mouvement est né via plus de 200 artistes, labels, médias, promoteur-ices, vidéastes, etc. de la scène électronique française qui se sont unis spontanément, à la suite des résultats enregistrés par les candidats RN aux élections européennes (31,37%) puis face à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée Nationale par Emmanuel Macron.

 

À lire aussi sur tsugi.fr : ‘La musique emmerde le Front National’ : la pétition est en ligne !

 

« Notre communauté culturelle, plurielle et inclusive, doit absolument se mobiliser pour garantir l’avenir des espaces de libertés que nous avons construits ensemble« , continue le Front Électronique. Après une énumération des raisons pour laquelle il ne faut pas voter RN (entre autres racisme, sexisme, LGBTQIA+phobie, climato-scepticisme…), ce nouveau Front livre son plan d’attaque : organisation d’évènements, talks, soirées, live streams afin d’appeler au vote pour le Nouveau Front Populaire… Enregistrement d’un hymne commun, que les DJ pourront lancer en début de set, et enfin la création de VA dans le but de lever des fonds, reversés à des associations portant leurs valeurs.

Le Front Électronique alerte également sur les conséquences sur le secteur de la culture, dans le cas où le RN parvenait à l’emporter : remise en cause de la liberté d’expression, censure de contenus artistiques, mise en danger du régime de l’intermittence, baisse des subventions et des budgets, et une fête moins libre.

 

Comment participer au Front Électronique ?

« L’histoire [des musiques électroniques], son développement, et son maintien sont donc profondément politiques. » Le FE appelle à l’ensemble des acteur-ices des musiques électroniques et undergrounds (clubs, artistes, DJ, radios, festivals, web…)  à les rejoindre. Plusieurs moyens sont disponibles : rejoindre le mouvement sur Discord en leur envoyant un message, signer la tribune, partager le communiqué ou encore diffuser les différentes affiches et tracts lors de prochains évènements.

 

Le lien vers la tribune à signer et la page SoundCloud du Front Électronique

front electronique

©Antoine J via Unsplash

 


 

Update : la tribune du Front Electronique comptabilise au mercredi 26 juin plus de 900 signatures de DJs, artistes, collectifs, médias, festivals, clubs et autre.

À l’appel du Front Électronique, beaucoup d’autres mouvements se sont créés, comme celui du Front des Musiques Indépendantes qui a aussi mis à disposition une tribune à signer. Même histoire du côté du rock avec une tribune sobrement appelée : « Le Rock Emmerde le RN ».

Au Front des Musiques Indépendantes s’ajoute une compilation nommée : « EN LUTTE ! (Compilation antifasciste pour un monde meilleur) ». 59 artistes français-e de tout horizon se sont pris au jeu comme The Psychotic Monks, Lysistrata, Belvoir, Bracco, Astéréotypie, Special Friend, Warrietta, Fleur Bleu.e, MSS FRNCE, Veik, The Feeling of Love… Elle est disponible en écoute libre sur Bandcamp ou téléchargeable. Tous les revenus générés de cette compilation seront redistribués à des associations qui luttent sur le terrain pour des valeurs anticolonialistes, antiracistes, anticapitalistes, anti-validistes, anti-classistes, écologistes, féministes et queer.

Autre exemple très concret : le Macki Music Festival qui a lieu ce week-end 29 et 30 juin, incite les gens à aller voter en offrant une place gratuite pour dimanche en contrepartie d’une lettre d’engagement à se rendre aux urnes ce 30 juin.

Visited 2 003 times, 6 visit(s) today