Skip to main content
© Tsugi Radio
22 janvier 2024

« Ravie de mélanger électronique et chanson française » : Zaho de Sagazan en interview sur Tsugi Radio

par Léa Crétal

Le week-end dernier, Tsugi Radio a rencontré la chanteuse phénomène Zaho de Sagazan pour évoquer ses nombreuses nominations aux Victoires de la musique, le rôle de la musique dans la compréhension de ses propres failles, mais aussi son admiration pour Kraftwerk. C’était au micro d’Antoine Dabrowski à l’occasion du festival Eurosonic.

Depuis son premier album La symphonie des éclairs, Zaho de Sagazan n’en finit pas de grimper. Avec cinq nominations aux Victoires de la musique, la chanteuse prouve qu’elle séduit aussi bien le public que les professionnels de l’industrie musicale. Tout cela grâce à un talent remarquable, beaucoup de travail et une proposition artistique forte, à mi-chemin entre la chanson française et la pop-électronique.

À lire également sur tsugi.fr : En écoute : Zaho de Sagazan t’offre un EP de 3 reprises pour Noël

 

Prise dans un tourbillon de succès, Zaho de Sagazan fait déjà rayonner sa musique au-delà des frontières françaises, en Allemagne comme au Royaume-Uni. Signe du déploiement imminent de sa carrière sur le continent européen, c’est à Groningen aux Pays-Bas que Tsugi Radio l’a rencontrée, à l’occasion du festival Eurosonic. C’est là que, comme une validation du métier -qui plus est à l’international-, elle a reçu deux prix : le Grand Prix du Jury et le prix du public, dans le cadre des Music Moves Europe Awards (initiés par la Commission Européenne et pilotés par les festivals Eurosonic et Reeperbahn). Carton plein donc.

On a parlé de l’importance des mots et de la force de l’interprétation, de l’élargissement de son auditorat à un public non-francophone mais aussi du rôle de la musique dans sa quête identitaire. Pleins de sensibilité, ses morceaux sont pour elle une manière de se comprendre soi, mais aussi de partager ses doutes et ses expériences avec les auditeurs :« Quand on écrit une chanson, on cherche d’abord à se comprendre, et à essayer de mettre des mots sur nos propres failles. Mais surtout, on a envie qu’elles soient comprises par les autres ».

 

Visited 351 times, 1 visit(s) today