Skip to main content
© Victoires de la Musique / France Télévisions / france.tv
9 janvier 2024

Pas de musiques électroniques aux Victoires de la musique

par Corentin Fraisse

Oh, quelle surprise. Alors que les nommés pour la prochaine cérémonie des Victoires de la musique viennent d’être annoncés, le constat est saisissant : très peu de rap, et pas du tout de musiques électroniques. Le comité des Victoires persiste dans son déni du réel. 

On a volontairement fait un titre réutilisable. Car on est prêts à parier que ça se produira de nouveau, année après année. Comme d’habitude, les Victoires de la musique ont déçu les amateurs de rap et de musiques électroniques. Un si gros déni du paysage musical français actuel, c’est assez ahurissant.

L’an dernier, nombreux déploraient déjà (et ce n’était pas une première) le manque de reconnaissance et l’absence de catégories spécifiques, mais aussi et surtout du rap, des ‘musiques du monde’ et de l’électronique. On scinde de nouveau les catégories en hommes/femmes, et on ne fait pas de classification par genres. Du coup tout est noyé par la chanson française, omniprésente, alors qu’elle ne représente plus DU TOUT le genre le plus plébiscité par le public.

Et même si la sélection des Victoires ne nous satisfait pas, cette fois on ne proposera pas forcément de sélection alternative, comme on l’avait fait en 2023. Pour vous donner une idée, vous pouvez vous référer à notre sélection alternative des prochains Grammy Awards, ou à notre top albums 2023.

 

À lire aussi : Top albums 2023 : la sélection de tsugi.fr

 

Pour découvrir la sélection des Victoires, c’est juste en dessous. Évidemment, on est ravis d’y voir Zaho de Sagazan nommée dans cinq catégories. L’artiste mérite largement tout ce qui lui arrive. Le live est fou, l’album (son premier, on rappelle) aussi. Mais c’est un des projets les plus Victoires-compatible qu’on ait pu écouter ces dernières années. Si le comité n’avait pas nommé Zaho dans toutes les catégories possibles, ça aurait été totalement incohérent avec sa propre logique.

 

 

———-

Artiste féminine
Jain
Louane
Aya Nakamura
Véronique Sanson

D’accord, expliquez-nous : quel projet de Louane ou de Véronique Sanson est sorti cette année ? Vous choisissez 2023 pour récompenser Aya Nakamura avec DNK (sorti en janvier), objectivement le moins bon de ses quatre albums ? La proposition la plus logique semble être Jain, dont l’album The Fool fut une bonne surprise, cohérente et bien ficelée, sans toutefois être transcendante.

 

Artiste masculin
Etienne Daho
Pierre de Maere
Gazo
Vianney

[…soupir…]

 

Révélation masculine
Nuit incolore
Aime Simone
Yamê

Si ce n’est pas Yamê, on veut bien se déboiter un genou.

 

Révélation féminine
Adèle Castillon
Meryl
Zaho de Sagazan

Meryl n’a rien d’une ‘révélation’, puisqu’elle tourne depuis quelques années. Même chose pour Adèle Castillon, échappée du très jeune duo Videoclub. Et à part les auditeurs-auditrices de RTL2, qui écoute Adèle Castillon ? Pour Zaho de Sagazan, vous savez ce qu’on en pense.

 

Révélation Scène
Julien Granel
Meryl
Zaho de Sagazan

Zaho de Sagazan nous a mis une tarte à chaque représentation. Même si sa musique ne nous touche pas forcément, Julien Granel sait très bien faire le show, souvenir d’un soir tout en paillettes et folie club à La Cigale.

 

Album de l’année
A 2 à 3 – Vianney
J.000.$ – Josman
La Symphonie des éclairs – Zaho de Sagazan
The Fool – Jain
Tirer la nuit sur les étoiles – Etienne Daho

Le choix sera vite fait : Zaho Zaho Zaho. Content pour Josman, bien que ce ne soit pas son meilleur projet.

 

Chanson originale
« Bolide allemand » – SDM
« Douce » – Clara Ysé
« Enfant de » – Pierre de Maere

« Bolide allemand », simplement parce que le titre a réuni un nombre impressionnant de streams… C’est même loin d’être le meilleur titre de ce rappeur hautement surcôté, protégé de Booba. « Enfant de » puisqu’il faut bien caser Pierre de Maere (révélation masculine l’an dernier) quelque part. Seul le bijou « Douce » par Clara Ysé a légitimement sa place ici.

 

Concert de l’année
Bigflo & Oli – Le Grand Tour
Damso – Qalf Tour
Pomme – Consolation Tour
Shaka Ponk – The Final Fucked Up Tour

Ne pas citer Juliette Armanet cette année n’est-il pas quasi-criminel ? Parmi les nommés, notre coeur battra pour Pomme et son Consolation Tour, porté à l’apothéose lors de ses lives orchestraux au Zénith de Paris, comme elle nous le racontait en interview.

 

Création audiovisuelle de l’année
« Commando » – Shay – Réalisateur : Guillaume Doubet
« Flamme » – Juliette Armanet – Réalisateur : Scotty Simper
« La symphonie des éclairs » – Zaho de Sagazan – Réalisatrice : Bobby León

Ah ben, il fallait bien caler Juliette quelque part.

———-

 

On sait, à chaque édition, que plusieurs pans importants du paysage musical français seront oubliés. Mais que représentent réellement les Victoires de la musique ? En dehors d’une poignée d’artistes de chanson pop française, pour qui sont-elles importantes ? Les Victoires de la musique sont à la musique ce que le Ballon d’Or est devenu pour le football. Un simulacre de cérémonie, un monde d’entre-soi qui s’entretient et qui ne reflète quasiment jamais la réalité du paysage musical actuel (bon, sans doute un peu moins corrompu que le Ballon d’Or, tout de même).

On vous laissera sur ce cri du coeur posté, sur ses réseaux sociaux, par l’attachée de presse Gwendoline Chapelain :

gwen victoires

© Facebook Gwendoline Chapelain

 

On ne s’attendait à rien ; on est quand même déçu.

 

 

Visited 1 148 times, 1 visit(s) today