Skip to main content
@ capture d'écran de la bande-annonce {Le Code d'Orsay} via Youtube
24 janvier 2024

{Le code d’Orsay} : Agoria s’installe au musée d’Orsay !

par Léa Crétal

 

Pour sa première exposition NFT, qui aura lieu du 13 février au 10 mars 2024, le Musée d’Orsay a fait appel à Agoria pour ses talents de musicien et d’artiste plasticien. Passionné par le Web3, le producteur lyonnais y présentera deux œuvres numériques et fera un DJ set dans la majestueuse nef du musée.

La plupart d’entre nous le connaissent pour ses productions électroniques, souvent influencées par Détroit. Mais si Agoria investit le musée d’Orsay pendant un mois, c’est avant tout en qualité d’artiste plasticien. Un véritable couteau-suisse.

Grand amateur d’art numérique, Agoria -Sébastien Devaud de son vrai nom- s’essaye depuis plusieurs années à provoquer des dialogues entre le vivant et le digital. En 2021 déjà, il avait réalisé une œuvre collaborative nommée Phytocène autour d’une symbiose entre une plante et ses bactéries. Depuis, le producteur-compositeur et DJ français n’a cessé de chercher à développer un art qui puisse inscrire le vivant dans la blockchain. Son travail a été remarqué par les programmateurs du musée d’Orsay, qui l’invitent pour la première exposition NFT (Non Fungible Token) du musée.

 

À lire également sur tsugi.fr : Écoute ça : le nouveau Agoria, en exclu pour Tsugi !

 


Pendant quatre semaines d’exposition, de DJ sets et de conférences axées sur le thème des NFT, Agoria présentera deux œuvres, créées en collaboration avec des scientifiques et développées sur la blockchain Tezos. Voyez plutôt :

La première, intitulée « Σ Lumina », a été pensée comme une sculpture métallique, qui, une fois baignée de lumière, révèle un QR code sur le sol. Les visiteurs pourront ensuite le scanner afin d’activer une œuvre digitale, que leur souffle pourra transformer. La seconde, intitulée « Interprétation par Saccharomyces cerevisiae de l’Atelier du Peintre de Gustave Courbet », a été conçue comme un travail de retranscription d’une expérience biologique de culture d’une levure. Les données qui découlent de l’expérience permettront d’animer l’Atelier du peintre, et donc d’en révéler le vivant.

Bon, soyons honnêtes, on n’est pas certains d’avoir TOUT compris. Ce qui est sûr, c’est que ça attisé notre curiosité. En plus de ces deux réalisations, Agoria a produit une pièce musicale en hommage à l’institution, qui sera diffusée au musée en avant-première dès le 13 février, puis le 23 février lors du DJ-set de l’artiste, dans la nef du musée.

agoria

@ Jean-Pierre Dalbéra via Flickr

 

Toutes les infos sont à retrouver sur le site internet du musée d’Orsay

 

———-

Visited 439 times, 1 visit(s) today