Skip to main content
©Edouard Richard
28 mars 2024

Lulu Van Trapp : une release party pour fêter l’album !

par Olivia Beaussier

Ce jeudi 18 avril, le collectif Lulu Van Trapp donne rendez-vous dans un lieu encore tenu secret, pour la release party de son nouvel album LOVECITY. Entre punk et pop, avec évidemment des incursions électroniques, beaucoup de poésie défendant la liberté, la parité et la ville. On se parle un peu plus d’un collectif pour qui le mot « groupe » semble faible.

Jeudi 18 avril, on découvrira en exclusivité le punk teinté de pop de LOVECITY, nouvel album (à sortir le 19 avril) de Lulu Van Trapp. Assez littéralement, LOVECITY retentit comme une déclaration d’amour à la ville. Mais vous commencez à connaître la binarité qui forge le collectif : c’est dans la toxicité de la ville, qu’il en trouve sa beauté.

Il faut dire que les artistes ont pris cette déclaration au sens propre. Actuellement, le groupe est en tournée européenne quelque peu improvisée. Pour cette tournée, oubliez les réservations de salle, les grosses scènes et les projecteurs. Ces derniers chantent leurs chansons dans les rues même des capitales, sans trop prévenir, ni plus préparer, tout cela est filmé et reposté sur leurs réseaux sociaux. Rendre à la ville ce qui appartient à la ville.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lulu Van Trapp ♡ (@luluvantrapp)

Cette notion de liberté, on la ressent dans le for intérieur des Lulu Van Trapp. Avec pour maître-mot la parité : personne ne domine personne. Dans leurs compositions comme sur les planches, à la ville comme à la scène, chacun s’exprime à sa façon. Faisant preuve d’un engagement conscientisé, la cause commune passe avant tout.

 

À écouter sur tsugiradio.fr : Jazz The Two Of Us avec Lulu Van Trapp

 

En 2021, dans leur premier album I’m Not Here to Save the World, on découvrait ce groupe entre Rita Mitsouko (*au cas où : chez nous c’est évidemment un compliment) et punk. Cette année plus de doute, les Lulu Van Trapp pousse ce désir de liberté en abolissant complètement les genres musicaux. « On vit dans un monde éclaté musicalement, structurellement et psychologiquement, explique le groupe. Le fait d’avoir une démarche pop mobilise l’idée de carrefour, de Constantinople musical. »

Alors, oui, impossible de nier leurs influences punk au son des guitares saturées, qui se déchainent sur ce disque. Mais comment passer à côté de leurs petits breaks au synthé, et les tons pop que prend parfois la voix de Rebecca.

La ville entasse les gens les uns sur les autres, mais via cette cohésion forcée, naît une forme de communion. Cette idée devient le fil rouge de l’album. Leur premier single déjà sorti, le -très- excitant « l’amour et la bagarre » (dont on vous parlait juste ici), respire cette altérité, ce va-et-vient entre tendresse et violence. C’est brutal et sensible, si vous préférez. Alors ça donne une furieuse envie de voir ce que ces nouvelles chansons valent sur scène. Que se passera-t-il le 18 avril ? Zone de combat ou câlins collectifs ? Il y a de grandes chances pour que ce soit les deux, mon capitaine.

Lulu Van Trapp, il faut les voir pour le croire. LOVECITY sortira sur le label Backdoor Records, le 19 avril. En attendant on a hâte de vous retrouver le 18 avril.

 

À lire aussi sur tsugi.fr : La musique abolit le genre

Lulu Van Trapp

Visited 390 times, 1 visit(s) today