© Ecoute Chérie

🔊 Tristesse Contemporaine sort “Rude!”, le plus nocturne des tubes de l’étĂ©

Vont-ils devoir se renom­mer ? Cinq ans après son dernier album, le trio parisien Tristesse Con­tem­po­raine sort un sin­gle oĂą le post-punk laisse sa place Ă  une dan­ce­pop entê­tante. Il annonce un album pro­duit par le jeune prodi­ge LewisOfMan.

Sacré virage ! Après plus de dix ans à pra­ti­quer un post-punk hal­lu­ciné, le trio Tristesse Con­tem­po­raine opère un change­ment à 180 degrés. Cinq ans après leur troisième album, Stop And Start, le voilà de retour avec “Rude”, nou­veau sin­gle lorgnant bien plus vers le dance­floor. Syn­thés dance­hall, nappes obsé­dantes, ryth­mique endi­a­blée : voilà le tube de l’été le plus noc­turne de l’année. Le trio n’en aban­donne pas pour autant son exi­gence et sa puissance.

 

Ă€ lire Ă©galement
Mais que se passe t‑il dans la tĂŞte de Tristesse Contemporaine ?

 

Ce mélange de styles et le clip met­tent égale­ment en lumière l’aspect cos­mopo­lite de ce groupe parisien. À eux trois, Naru­mi Heris­son, Leo Hellden et Mike Giffts cumu­lent ain­si des orig­ines japon­ais­es, jamaï­caines, anglais­es, sué­dois­es et français­es. D’où ce mélange de dra­peaux, autour duquel se con­stru­it la vidéo réal­isée par les choré­graphes I COULD NEVER BE A DANCER.

Bien enten­du, ce nou­veau titre est annon­ci­a­teur d’un nou­v­el album, à paraître en octo­bre. Celui-ci est pro­duit par Lewis OfMan, jeune musi­cien tal­entueux et touche-à-tout. Spé­cial­iste en pop élec­tron­ique aus­si enlevée qu’ambitieuse, on l’a déjà vu auprès de Ven­dre­di Sur Mer ou des Pirou­ettes, sans oubli­er son pre­mier album paru en févri­er dernier. Bref, un bon équip­i­er pour explor­er de nou­veaux territoires.

(Vis­itĂ© 671 fois)