Tsugi Daily : Flume publie gratuitement des tracks destinées à être remixés…

Chaque matin, Tsu­gi Dai­ly fait le point sur les petites infos mar­rantes, idiotes ou au con­traire vitales que vous auriez pu louper la veille. A picor­er sans mod­éra­tion !

Flume offre aux producteurs une série de sons réutilisables gratuitement

L’Aus­tralien se mon­tre décidé­ment bien généreux. Après une mix­tape sur­prise et un EP sor­tis plus tôt dans l’an­née, Flume remet le cou­vert en met­tant en ligne “#Flume­Sounds”, une série de tracks des­tinées à être réu­til­isées par les beat­mak­ers et autres bidouilleurs élec­tron­iques. Tout est disponible gra­tu­ite­ment : “A more open source cul­ture of creativity…wanted to put these out in the world and see what comes back — down­load a sound, cre­ate some­thing, upload to YouTube or social media with the hash­tag #flume­sounds, explique-t-il dans une descrip­tion de vidéo YouTube. L’oc­ca­sion rêvée de col­la­bor­er avec l’il­lus­tre pro­duc­teur.

Une vidéo accuse Die Antwoord d’actes homophobes

On ne peut pas vrai­ment dire qu’ils aient la cote en ce moment. Avec d’abord les invec­tives de la rappeuse aus­trali­enne Zheani, qui a fourni des cap­tures d’écran per­son­nelles accu­sant Watkin Tudor Jones (alias Nin­ja) de pra­tiques sex­uelles déviantes et de har­cèle­ment sex­uel, c’est au tour de leur ancien caméra­man de faire des révéla­tions. Le dénom­mé Ben Cross­man a récem­ment pub­lié une vidéo datant de 2012, filmée au Future Music Fes­ti­val en Aus­tralie. On y voit notam­ment le duo sud-africain cou­vrir Andy But­ler, alias Her­cules & Love Affair, d’in­sultes vio­lentes et homo­phobes. Si Die Antwo­ord a depuis démen­ti ces accu­sa­tions, le groupe a déjà été dépro­gram­mé de plusieurs fes­ti­vals améri­cains. Vous pou­vez vous faire votre pro­pre avis en vision­nant cette vidéo pour le moins trou­blante.

Lindstrøm annonce la sortie de son nouvel album

Retour du Norvégien. Le six­ième album solo de Lind­strøm, inti­t­ulé On A Clear Day I Can See You For­ev­er, sor­ti­ra en octo­bre sur le label Small­town Super­sound.

L’au­tomne dernier, l’artiste norvégien a présen­té une nou­velle pièce com­mandée par le Cen­tre d’art Henie-Onstad d’Oslo. Le matériel sonore util­isé de ces trois spec­ta­cles à guichets fer­més con­stitue la base de ce nou­veau disque, qui s’é­tend sur qua­tre titres. “Je me sen­tais totale­ment débridé en faisant cet album”, dit-il dans un com­mu­niqué “La joie de faire de la musique sur des objets et des appareils physiques réels a beau­coup de sens pour moi désor­mais. Après avoir tra­vail­lé sur un ordi­na­teur pen­dant plus de 15 ans, je ne pense pas pou­voir regarder en arrière.” En voici un pre­mier avant-goût :

(Vis­ité 539 fois)