Skip to main content
4 septembre 2019

Tsugi Podcast 565 x Dream Nation : Johannes Heil

par Claire Grazini

Quoi de mieux qu’un bon vieux mix de techno brute, mais pas trop, de Johannes Heil pour se motiver avant Dream Nation ? Ce festival de la rentrée tant attendu par les tapeurs de pieds de Paris et ses alentours revient aux Docks de Paris du 20 au 22 septembre. Un vent musical violent va s’abattre ce week-end là sur quatre scènes : techno, hardcore, trance et bass music, le tout dans d’immenses entrepôts pour se mettre dans l’ambiance. Johannes Heil se produira sur la Techno Stage le 21 septembre. En partenariat avec le festival, le producteur allemand nous a préparé une heure et demie de bande-sonore technoïde.

Le natif de Bad Nauheim, petite ville du centre de l’Allemagne, a fait ses armes dans la techno dès l’âge de 14 ans (précoce le garçon). Il a été repéré par les frères Heiko et Bernhard Laux, fondateurs du label Kanzleramt, créé en 1994. Ils ont su reconnaître le potentiel de leur poulain et ne se sont pas trompés. Johannes Heil a multiplié les sorties depuis le milieu des années 90. Il a créé son label JH-Records dès la sortie de son deuxième single “Die Eigene Achse”. Son premier album Reality To Midi (1998) est une réussite puisque le producteur y a incorporé le morceau culte “Paranoid Dancer”. Entre temps, l’artiste a créé deux autres labels, Metatron et EXILE., co-fondé avec Markus Suckut. Il a également collaboré plusieurs fois avec Len Faki pour leur projet LFJH. C’est le seul artiste, autre que Johannes Heil, qui apparaît dans le podcast.

D’ailleurs, parlons-en de ce podcast. Le producteur allemand a décidé de se concentrer sur ses propres titres dans ce mix qu’il a appelé “Retrospective Studio Mix”. Il débute avec la première partie de son EP Lifesigns, sorti en 2013 sur le label Figure, de son ami Len Faki. La deuxième partie se retrouve trois titres plus loin. Les percussions brutes tourbillonnent jusqu’à ce qu’on retrouve celles du morceau “Dirty” avec la participation du producteur berlinois chauve le plus stylé cité un peu plus haut. Cette rythmique est agrémentée d’une boucle groovy à souhait. On retombe sur un titre plus industriel où de brèves notes aiguës dissonantes surgissent. Le podcast pourrait se résumer à ça : une alternance entre morceaux brutaux à base de gros kicks qui vous font faire vibrer au Dream Nation et titres ultra-groovy où les percussions ajoutent une touche chaleureuse. Une chose est sûre, ça va secouer aux Docks de Paris.


Tracklist

Johannes Heil « Lifesigns » (Part One)
LFJH « Dirty »
Johannes Heil « Gated Reverbs »
Johannes Heil « Nighttime »
Johannes Heil « Lifesigns » (Part Two)
Johannes Heil « Collision Course »
Johannes Heil « Unleashed »
Johannes Heil « Eraserhead »
Johannes Heil « 5th Signal »
LFJH « Maniac »
Johannes Heil « Duplicate »
LFJH « The Octopuss »
Johannes Heil « Transition Eight »
LFJH « Karter Bachnabel »

Visited 23 times, 1 visit(s) today