Tsugi Podcast 612 : Rebequita, ce qu’il y a de plus frais sur la scène électronique émergente

Lumière sur la scène élec­tron­ique émer­gente française et la DJ Rebe­qui­ta, qui y incar­ne aujour­d’hui ce qu’il y a de plus frais.

Rebe­qui­ta, de son vrai nom Rebec­ca Jodor­owsky (petite fille du réal­isa­teur Ale­jan­dro Jodor­owsky) est une jeune DJ qui incar­ne ce qu’il y a de plus frais aujour­d’hui sur la scène élec­tron­ique under­ground française : une hon­nêteté, une énergie solaire au sein du pro­jet camille camille Ses­sions qui s’est bougé, est resté créatif pen­dant cette péri­ode dif­fi­cile ; des goûts musi­caux décom­plexés qui dégè­lent un pub­lic par­fois trop stoïque, un bon tra­vail de recherche, une bonne tech­nique et une joyeuse inspi­ra­tion pour toutes celles qui pensent que le DJing, ce n’est pas pour elles.

En plus d’un mix d’une heure qui reflète tout ça, nous avons voulu en savoir plus sur cette DJ émer­gente et promet­teuse qui, il n’y a pas sept mois encore, ne savait pas se servir de platines : elle est le fruit d’un ate­lier d’ap­pren­tis­sage du DJing par l’équipe de Rinse France et sem­ble désor­mais en route pour brûler des dancefloors.

Dans ce mix, j’ai voulu recréer cette atmo­sphère un peu chao­tique mais où l’e­spoir est tou­jours présent, une sorte de défouloir, une voix de révolte.”

Rebequita

Rebe­qui­ta / © D.R

En quelques mots, qui es-tu Rebec­ca ? Et com­ment définirais-tu ton son ? 

Quand j’é­tais petite, je pas­sais mon temps à me déguis­er, filmer mes Play­mo­bils et faire des clips dans mon armoire. J’avais déjà envie de faire plein de choses et de créer, surtout. Plus tard, je suis entrée dans une école de théâtre à Paris tout en tra­vail­lant à côté et en faisant la fête qua­si tous les week-ends. Je suis assez “clean” quand je vais dans des clubs, j’y vais vrai­ment pour pass­er six heures à danser et à décou­vrir de la musique, des ambiances.

Ça fait des années qu’on me demande de me charg­er de la musique aux soirées d’an­niver­saire de mes potes, mais je n’avais jamais vrai­ment sauté le pas. Puis j’ai com­mencé à faire des playlists et à les partager ; j’en ai fait ensuite de plus élaborées, avec les qua­tre saisons en thé­ma­tique. Et Man­aré de Rinse France m’a dit qu’il voulait créer un work­shop dans les bureaux de la webra­dio pour appren­dre le DJing aux nou­velles généra­tions : j’ai tout de suite sauté sur l’oc­ca­sion. Je me suis retrou­vée au milieu de gens tal­entueux, tous les samedis depuis la fin du pre­mier con­fine­ment, à essay­er de caler un rythme avec un autre (mer­ci Man­aré, Bob Sleigh et Andy4000 pour la patience et l’ap­pren­tis­sage). Et me voilà sept mois plus tard !

Rebe­qui­ta, elle fait le show, elle a tou­jours ses lunettes ros­es et un foulard sur la tête, c’est un peu sa mar­que de fab­rique. Quand je mixe, c’est comme sur scène, j’es­saye de faire en sorte que les gens passent un bon moment et qu’ils ressor­tent avec du baume au cœur. Je suis très éclec­tique dans mes sélec­tions. Je peux mélanger de l’italo-disco avec du rap français. Je suis aus­si une grande fan de clas­sique, ou de shat­ta. Mon dada, c’est les édits. Je pense que c’est ce qu’il me car­ac­térise le plus, avec le fait que j’ai la fâcheuse habi­tude de vouloir à tout prix que tout le monde danse !

On t’a notam­ment repéré au sein du pro­jet camille camille Ses­sions sur Rinse France, tu peux nous en dire plus sur ce projet ?

En fait, on s’est tous ren­con­trés au work­shop que Rinse France a organ­isé pour appren­dre à mix­er. De là s’est for­mée une équipe pleine d’amour, tou­jours prête à se tir­er les uns les autres vers le haut. Quand on a annon­cé le deux­ième con­fine­ment (un ou deux mois après notre pre­mière scène pour beau­coup d’en­tre nous) camille camille (qui depuis la ren­trée tient la mati­nale sur Rinse France avec Clothilde Grace), nous a appelé pour nous dire qu’il ne fal­lait pas qu’on lâche. Et c’est comme ça qu’il a créé ses fameuses camille camille Ses­sions : chaque dimanche, on se retrou­vait dans un lieu secret pour un livestream de 12 DJ sets d’une heure cha­cun sur Twitch. Il essayait d’avoir deux ou trois invités par semaine. Les ses­sions sont plus ponctuelles main­tenant, mais on con­tin­ue. Je ne le remercierai jamais assez pour cette opportunité.

J’es­saye de me bat­tre tous les jours à mon échelle, pour que les fibres aus­si bien artis­tiques que fémin­istes se réveil­lent en cha­cun de nous.”

Raconte-nous un peu ton tra­vail dans ce mix, dans ta track­list ? Qu’as-tu voulu con­stru­ire ici ?

J’en ai vrai­ment ras-le-bol de cette sit­u­a­tion. On nous sup­prime tous loisirs, toutes pas­sions, toutes cul­tures, toutes beautés. J’ai l’im­pres­sion que l’on préfère s’a­cheter un pan­talon à 10 € que de se nour­rir intel­lectuelle­ment et forg­er son goût, son avis sur les choses. J’es­saye de me bat­tre tous les jours à mon échelle, pour que les fibres aus­si bien artis­tiques que fémin­istes se réveil­lent en cha­cun de nous. Nous vivons une époque dif­fi­cile mais il ne faut pas oubli­er que des voix s’élèvent et qu’une parole se libère. Une parole juste, qui con­tin­ue de grandir de jour en jour, et qui ne s’adresse pas qu’aux femmes, mais à tout le monde. Le fémin­iste est une per­son­ne qui croit en l’é­gal­ité sociale, poli­tique et économique des sex­es. J’aime pou­voir mix­er pour des raisons, des com­bats qui m’ani­ment et en fonc­tion des sen­ti­ments que je ressens sur le moment. Dans ce mix, j’ai voulu recréer cette atmo­sphère un peu chao­tique mais où l’e­spoir est tou­jours présent, une sorte de défouloir, une voix de révolte. Et surtout, j’ai voulu faire danser les petites souris dans les murs des vieux immeubles.

Track­list du mix

- Dis­cours de Nathalie Portman
— Sexy Plan­et — Bon­nie Banane
— Gdafi Na — Kino Todo ft. Tes­fit Asgodom
— Opala ‑Bufi
— Baiana (Cosme Mar­tin & Chris­t­ian Vila Remix)
— Ron Jere­my — Ken­ny Summit
— Let’s Get Busy — Clubland
— Surate — Blame
— Fierce — Azealia Banks
— Nails, Hair, Hips, Heels — Todrick Hall
— Trib­al War­rior — Bakongo
— monin’ guet­ting — Gafacci
— Choco­bo­di — A‑Star
— Teng — Mina ft. Noire
— Xxx — xxx
— Tapi­on Rid­dim — Kaval
— Gyp­sy woman remix — xxx
— What’s up — Wil­fy D
— Gen­er­a­tion Assas­sin — xxx
— Cal­abria — xxx
— Let’s dance (dance mix) — David Bowie
— Wel­come to the par­ty — Gafacci
— Baby boy Boot­leg — xxx
— Trotro — Gafacci
— Sen­tinelles — Insom­ni­ak ft. M.T.
— Russ — The flute — SeekSickSound
— Sen­sa­tion­al — xxx
— Amer­i­can boy — xxx
— Boasty — xxx
— Intro (fresh and clean) ‑Ros­ka, Zed Bias, Serocee
— World rush — Stones Taro
— Oh la la remix — pnl
— Archangel — Burial
— Cry me a riv­er — xxx
— Pook­ie — GЯEG

(Vis­ité 2 846 fois)