© Vovotte Recto/Verso, illustration Laho / graphisme Stépghane Jourdan

BIZARRE, le festival qui réunit les puissances queer au Parc de la Villette

Envie de faire la fête sans délaiss­er la cause LGBTQIA + ?  Le fes­ti­val BIZARRE organ­ise 18 événe­ments de jour comme de nuit, la grande majorité gra­tu­its au parc de la Vil­lette en com­pag­nie de notre Tsu­gi Radio, du 13 au 23 octo­bre. “Bizarre”, “étrange” et “louche” seront rem­placés par “inclusif”, “superbe” et “exalté”.

À force de l’employer, on oublie sou­vent que la tra­duc­tion la plus lit­térale du mot “queer” serait “bizarre”. Le fes­ti­val BIZARRE, ini­tié par le bar restau­rant À La Folie, se réap­pro­prie ce nom pour le détourn­er, le brandir, comme une pan­car­te : “Regardez notre bizarrerie. Regardez comme elle est belle”. Car dans ce fes­ti­val, le nous est mis à l’honneur. La com­mu­nauté pren­dra l’ascendant sur l’in­di­vidu pour présen­ter les artistes LGBTQIA+. BIZARRE entend fédér­er leurs éner­gies pen­dant deux week-ends intens­es, du 13 au 23 octo­bre. Le Parc de la Vil­lette sera sur­plom­bé d’un arc-en-ciel. Le Pavil­lon de la Vil­lette, À la folie et les stu­dios de notre Tsu­gi radio seront le théâtre de dis­cus­sions, d’activités et surtout de gross­es teufs tournées autour des plus belles des bizarreries liées aux gen­res et aux sexualités.

Tsugi Radio étincelle 

Vous pen­siez qu’on allait juste vous trans­met­tre l’information, comme ça ? C’est mal nous con­naître. Pour l’occasion, les stu­dios de Tsu­gi Radio seront ouverts le 15 et le 21 octo­bre à tous les publics curieux du fes­ti­val. Pour cette troisième édi­tion, les invités sont de taille : le 15 octo­bre, l’icône queer Bilal Has­sani inve­sti­ra nos stu­dios, ain­si que The Juan Maclean et DJ Domeni­co Tor­ti. Le 21 octo­bre, dès 18h on met­tra sur la table le des­tin du drag en France après le reten­tisse­ment de l’émission Drag Race. Après un tel suc­cès, les médias tra­di­tion­nels ont été obligé de s’emparer du sujet, de don­ner de la vis­i­bil­ité à l’art drag, mais pour com­bi­en de temps ? Une chose est sûre, c’est qu’il s’intègre enfin au paysage français, les queens devenant par exem­ple les invités incon­tourn­ables des défilés de la Fash­ion week de la semaine dernière. Pour nous éclair­er sur le sujet, Min­i­ma Gesté sera présente. Xavier Pau­fichet, qui est man­ag­er du club house Dis­co­quette qui accueille des drag show. Le col­lec­tif nous livr­era un DJ-set pour con­tin­uer la soirée comme il se le doit.

Des soirées libérées

© Vovotte Recto/Verso

Dans une société oppres­sante et vio­lente, le dance­floor a tou­jours été une échap­pa­toire pour la com­mu­nauté LGBTQIA+. C’est un lieu on où se retrou­ve, se rassem­ble, sorte de safe place ultime. C’est aus­si une façon de trans­former sa colère en créa­tion… la danse. La bien­heureuse qui nous réc­on­cilie avec nos corps, qui nous décom­plexe et nous fait du bien, tout sim­ple­ment. Alors Bizarre n’a pas lés­iné en terme de soirées. Le fes­ti­val des com­mu­nautés curieuses a réu­ni les plus grands acteurs de la fête queer. Pour ouvrir ce bal, le 13 octo­bre, le mag­a­zine Têtu pren­dra pos­ses­sion d’A la folie. Same­di 15 octo­bre, notre coeur va claire­ment bal­ancer entre Mus­tang, la soirée “gay gay gay bien ouverte à tout.e.s” à la Folie ou Barbi(e)turix, le col­lec­tif de zouz’ sûres et allié.e.s qui investit pour la deux­ième fois le Pavil­lon Vil­lette avec une pro­gram­ma­tion à faire bouger tous les culs culs culs mais… secrète pour le moment.

 

 

Pour le clos­ing du fes­ti­val, petit plaisir, gros nom : Vital­ic, accom­pa­g­né d’un plateau sélec­tion­né par lui. 

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par alafolie.paris (@alafolie.paris)

(Vis­ité 491 fois)